Evy Friedrich

Evrard Jean Pierre Friedrich

Pseud.: A. Béjo ; Jacques Cartier ; Censor ; Marcel Contin ; C.T. ; E.F. / e.f. ; Filaxen Hary ; Fréf ; Harungo Marino ; Willy Helm ; Impresario ; Jacques et Marcel ; Camille Kraus ; Kucki ; Le ; René Maupert ; Wanda

Luxembourg - Luxembourg


Photo: Evy Friedrich
Evy Friedrich
Photo: ©

Evy Friedrich est le fils unique d'un dentiste et le père de Jemp Friedrich. Il s'inscrivit après ses études secondaires à l'Athénée de Luxembourg et au Gymnase d'Echternach aux Cours supérieurs, où il était un condisciple de Tony Bourg, Marcel Engel et Fritz Rasqué. Il abandonna cependant ses études de droit à Paris pour une formation en journalisme. Dès cette époque, il écrivit des articles pour les organes de presse Escher Tageblatt et A-Z. À partir de 1930, Evy Friedrich contribua à plusieurs quotidiens luxembourgeois de tendance libérale de gauche à savoir : Luxemburger Zeitung, Escher Tageblatt, L'Indépendance luxembourgeoise, Obermosel-Zeitung, Der Landwirt. En 1935, il fut engagé comme rédacteur par le quotidien francophone Luxembourg et en 1938, il fonda le journal Das Oesling. Ardenner Heimatblätter. Il se fit également remarquer par des articles dans Écho scolaire, Junge Welt, La Voix des Jeunes, Les Cahiers luxembourgeois et Comoedia, une publication paraissant en France et consacrée au cinéma, au théâtre ainsi qu'aux beaux-arts.

Lors de l'invasion du Luxembourg par les troupes allemandes, Evy Friedrich fut emprisonné le 16 mai 1940 à la prison à Luxembourg-Grund, puis transféré à Wittlich. Plus tard, il travailla pour la banque Mathieu Frères à Luxembourg et se vit infliger une interdiction de publication. En 1942, il fut déporté à Leubus, Boberstein et Buschvorwerk, une expérience qui est à la base d'un recueil de souvenirs en deux volumes. Après la guerre, il fut nommé attaché au Ministère de la Santé publique au sein duquel il était chargé de rétablir des activités sportives dénazifiées. Parallèlement, il assuma la présidence de différentes fédérations sportives. Ensuite, il intégra les journaux Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek et Revue en tant que journaliste.

De 1957 à 1964, Evy Friedrich séjourna à Berlin-Est, où il fut chargé par la société Deutsche Film AG (DEFA) de traduire des films français en allemand et des scénarios allemands en français. À son retour au Luxembourg en 1964, il reprit son travail aux organes de presse Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek et Revue. Il se voua particulièrement aux 6 000 émisssions de radio Kalennerblieder sur RTL Radio Lëtzebuerg, consacrée à l'histoire du pays et tirée d'une idée de Nic Weber. Cette rubrique fut présentée tous les jours sauf le dimanche de 1970 à 1989. En 1975, Evy Friedrich publia un aperçu chronologique de la presse luxembourgeoise, intitulé Zeitung in Luxemburg. Tout au long de sa vie, Evy Friedrich se consacra à la description des plus belles randonnées du Luxembourg ainsi que des grandes randonnées européennes. Il fit paraître notamment Europäischer Fernwanderweg E2, Holland-Mittelmeer. Europäischer Fernwanderweg E3 (1980), Luxemburg. Ausgewählt, begangen (1982) et Wandern in Luxembourg (1983 et 1984).

Evy Friedrich compte parmi les pionniers du cinéma luxembourgeois et de la critique cinématographique. Dès l'âge de seize ans, il fut correspondant de Cinémagazine, édité à Paris. L'année suivante, il fonda sa propre revue de cinéma, Le Film luxembourgeois qui parut jusqu'en 1934 avec quelques interruptions et qui organisa entre autres la première élection de Miss Luxembourg.

Dans les années 1930, Evy Friedrich tourna plusieurs films, dont un film muet consacré à la Société protectrice des orphelins pour lequel il figurait à la fois en tant que scénariste, metteur en scène, caméraman et producteur. De 1935 à 1939, Evy Friedrich tourna une série de films documentaires consacrés au Luxembourg, en collaboration avec René Leclère. Cette série comprenait entre autres Il était un petit pays. Dans les années 1930, Evy Friedrich publia deux livres consacrés au cinéma : Remarques sur Abel Gance (1931) et Introduction à l'Art Cinégraphique (1936). En 1947, il réalisa le film Les danseurs d'Echternach qui fut présenté dans le cadre du Festival de Cannes et dont la musique est due à Henri Pensis. Après son retour de Berlin-Est, Evy Friedrich anima une rubrique de cinéma hebdomadaire sur RTL Radio Lëtzebuerg. Il n'acheva toutefois pas son projet de dictionnaire cinématographique pour lequel il avait déjà réuni plus de 500 000 fiches.

Evy Friedrich joua également un rôle important dans la vie littéraire luxembourgeoise. Il fit ses débuts avec des poèmes parus dans Die junge Welt. En 1929, il réédita le Règelbüchelchen vum lezeburger Orthoegraf d'Antoine Meyer sous le pseudonyme de Jacques Cartier. Dans les années 1930, il prit contact avec des émigrés allemands vivant au Luxembourg qu'il soutenait dans leur combat antifasciste. Il les fit notamment profiter de la maison d'édition Malpaartes, dont il est le fondateur et qu'il avait baptisé du nom de la tanière du héros de Renert de Michel Rodange. Outre son propre recueil de feuilletons Der Spiegel, Evy Friedrich fit paraître Prinz Übermut's Fahrt ins Märchenland d'Edith Roeder ainsi que Kinnhaken et La Grande Compagnie de Colonisation de Karl Schnog. Par ailleurs, il participa au projet Die Komoedie, initié par Paul Walter Jacob qui dirigeait une troupe de théâtre composée principalement d'acteurs exilés au Luxembourg et qui est à l'origine du Festival d'Echternach, inspiré de celui de Salzbourg. Dans les années 1970, Evy Friedrich écrivit des critiques de théâtre pour le compte des journaux Le Républicain lorrain et Escher Tageblatt. Parmi ses modèles et amis littéraires, il y avait Batty Weber, dont Evy Friedrich édita les œuvres complètes.

Germaine Goetzinger

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
A-Z Luxemburger Illustrierte
Evy Friedrich
Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
Evy Friedrich
Kucki
Cinémagazine. la revue cinématographique, photo-pratique et le film
Evy Friedrich
Comoedia. Hebdomadaire des spectacles des lettes et des arts
Evy Friedrich
Echo scolaire
Evy Friedrich
Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
Evy Friedrich
Film luxembourgeois (Le)
Jacques Cartier
Censor
Marcel Contin
Filaxen Hary
Fréf
Evy Friedrich
Willy Helm
Impresario
Jacques et Marcel
René Maupert
Wanda
Füllhorn (Das). Neue illustrierte Monatsschrift
Evy Friedrich
Heimat und Mission
Evy Friedrich
Indépendance luxembourgeoise (L')
Evy Friedrich
Junge Welt. Literatur-Kunst-Sport-Schönheit
Jacques Cartier
Evy Friedrich
Landwirth (Der) / Landwirt (Der)
Evy Friedrich
Luxembourg. journal du matin politique et littéraire
Evy Friedrich
Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
Evy Friedrich
Mitock (De). E Wocheblad fir Jux an Zodi
Evy Friedrich
neue Zeit (Die) [1936-1940]. Monatsschrift für Demokratie, Geistesfreiheit und Kultur
A. Béjo
E.F. / e.f.
Evy Friedrich
Obermosel-Zeitung / OMZ
Evy Friedrich
Oesling. Ardenner Heimatblätter
Evy Friedrich
René Maupert
Républicain Lorrain. est-journal : grand régional d’information, quotidien indépendant
Evy Friedrich
Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
Evy Friedrich
Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
E.F. / e.f.
Evy Friedrich
Théâtre. revue théâtrale illustrée
E.F. / e.f.
Evy Friedrich
Tribüne (Die). Wochenzeitschrift für politisches und geistiges Leben
Evy Friedrich
Voix des Jeunes (La) (Voix (La) 1951-1969)
Evy Friedrich
Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek / Zeitung vum Letzeburger Vollek / ZLV. Zentralorgan der KPL
Evy Friedrich
Kucki

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
1947 Les danseurs d'Echternach. Ein Film von Evy Friedrich. In: Ons Jongen 3 (1947) 11, S. 2-3
1975 Evy Friedrich: Journalist von jung auf. In: Revue 05.07.1975, S. 38-39
Roger Spautz
1981 Mehr als Journalist: Evy Friedrich. In: Lëtzebeurger Journal 03.01.1981
1983 Zeitgenössische Luxemburger Autoren. Vol. 1
Marco Goetz
1989 Evy Friedrich ist tot. Ein Energiebündel, das nirgends Rast fand. „Das Wahre bleibt der Nachwelt unverloren“ In: Tageblatt 01.08.1989.
1999 Dictionnaire de la francophonie luxembourgeoise, suivi d’une Anthologie d’auteurs francophones luxembourgeois contemporains. [Cahiers francophones d’Europe Centre-Orientale; Hors série]
1999 Kontakte - Kontexte. Deutsch-luxemburgische Literaturbegegnungen [Ausstellungskatalog -Catalogue d'exposition]
2003 Malpaartes - mehr als nur ein Stück Luxemburger Verlagsgeschichte. In: 400 Joer Kolléisch, vol. 4, p. 103-118
Jos A. Faber
2004 Gesamtindex von Evy Friedrich's Kalennerblieder [Index der Titel - Personennamen - Ortsnamen] Einleitung: Jean-Claude Muller. In: De Familjefuerscher 22 (2004) 75, p. 2-71
2005 Précis d’histoire de la littérature en langue luxembourgeoise
Paul Lesch
2009 D'Echternach à Cannes. Les danseurs d'Echternach (1947), un court métrage d'Evy Freidrich. In: Arts et Lettres (2009) 1, p. 117-138
Jeff Schmitz
2016 Das Exiltheaterensemble "Die Komödie" und die "Echternacher Festspiele". Walter Jacob und Evy Friedrich. In: Fundstücke = Trouvailles (2) 2014/2015, S. 230-231

Études critiques sur les œuvres individuelles

Titre Année yearsort
Der Spiegel. 2 vol. 1937 1937

Archives


BNL: sans cote

Membre

Nom
ALJ - Luxemburger Journalistenverband
Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
Dernière mise à jour 02.03.2016