Luc Spada

Pseud.: Sophie Beck ; L.S. ; lsp

Luxembourg


Photo: Luc Spada
Luc Spada
Photo: ©

Luc Spada fréquenta l’école primaire de Dippach et le Lycée Aline Mayrisch à Luxembourg. Après son baccalauréat, il étudia l’art dramatique et le théâtre appliqué à l’Université de Munich et à l’académie bavaroise de théâtre August Everding à Munich. En 2008, il fit un stage en art des médias sous la direction d’Andreas Breitscheid. Luc Spada vit en tant qu’écrivain et acteur indépendant à Berlin et à Luxembourg.

Luc Spada assure des premiers et seconds rôles dans différentes pièces de théâtre et films, au Luxembourg comme à l’étranger. En 2008, il assure la direction artistique du Jugendclub du Théâtre National du Luxembourg. Spada pratique aussi la poésie-performance lors de différents événements, notamment en collaboration avec Lambert Schlechter. Avec Francis Kirps, il crée, en 2009, une scène de lecture s’inscrivant dans la tradition du Poetry Slam, scène qu’il quitte en 2011. La même année, Claudine Muno rejoint ce groupe. Cette scène de lecture répond à un format de soirée artistique au cours de laquelle un groupe d’auteurs, accompagnés d'invités, récitent leurs textes devant un public. En 2012, le monologue inédit Wenn nicht ich, wer denn sonst? de Luc Spada fut mis en scène à la Kulturfabrik d’Esch-sur-Alzette. Entre 2012 et 2015, Luc Spada se produit dans le Grüner Salon de la Volksbühne à Berlin.

Luc Spada débute sa carrière littéraire en tant que co-auteur de la pièce de théâtre Global Warning (2008), un projet collectif du Jugendclub du TNL. Il est l’auteur de la pièce Stirb für mich (2009), un drame en 14 tableaux, qui a été mis en scène à la Kulturfabrik d’Esch-sur-Alzette et dans lequel il intervient comme acteur. En 2010 est jouée la pièce de théâtre Kreisverkehr, que Luc Spada signe de son pseudonyme Sophie Beck, et dans laquelle il joue lui-même le rôle du jeune homme. Pour le « Festival Hate » du Centre Culturel de Rencontre Abbaye de Neumünster, qui se déroule en septembre 2016, Luc Spada écrit le texte pour la performance solo Hate Fuck, but sweet ?, une pièce qui s'appuie sur les propos haineux exprimés à l’encontre de l’auteur sur les réseaux sociaux. Par ailleurs, en novembre 2016, fut créée, au Théâtre des Capucins, la pièce de théâtre Pura Vida, qui entremêle des faits d’actualité et une critique sociale. Dans cette pièce, trois personnages de milieux différents se parlent et confrontent ainsi le public avec leurs angoisses existentielles, leur manque de confiance en soi, et leurs problèmes. Ainsi, l’auteur Valentin, le protagoniste de la pièce qui se trouve en situation d’échec, crée un blog portant le nom de « La vérité » , lequel est récupéré par l'extrême droite qui y diffuse des propos haineux à l'écho grandissant.

Avec so sehr du mich auch willst, du wirst mich immer mehr wollen, Luc Spada présente son premier recueil de poèmes. Il s’agit de textes qu’il récite notamment dans le cadre de manifestations de Poetry Slam. Ces poèmes se caractérisent par une perspective subjectiviste et une langue jeune et radicale, ainsi que par une voix critique, non conventionelle et sexuellement explicite. Avec Abführungen der lebenswichtigen Mittelmässigkeit, Luc Spada publie une collection de textes qui traitent, sous forme de dialogues, des caractéristiques existentielles de l’homme contemporain. Celles-ci se distinguent notamment par un manque de perspectives, et sont teintées d'ironie, de mélancolie et de rébellion. La collection contient aussi deux textes qui sont des adaptations de pièces de théâtre, Wenn nicht ich, wer denn sonst?, déjà mis en scène à la Kulturfabrik d’Esch, et Kreisverkehrte Verwesung (yeah). Le recueil Fass mich an contient 140 poèmes en vers libre et des aphorismes. Il s’agit d'une poésie autocentrée et crue, présentée sous forme de « Beats, Punchlines, Bitchmoves », comme l’annonce déjà le sous-titre du recueil.

Par ailleurs, Luc Spada collabore au Tageblatt et signe, sous le pseudonyme de Sophie Beck, une colonne dans d’Lëtzebuerger Land. Depuis octobre 2016, Spada signe une colonne hebdomadaire dans le quotidien Lëtzebuerger Journal.

En octobre 2010, il décroche une bourse pour un séjour en tant qu'artiste en résidence à Berlin, auprès de la représentation de la Rhénanie du Nord-Westphalie.

 

Pascal Seil

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
Sophie Beck
Luxemburger Wort / d'Wort / LW
L.S.
lsp
Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
Luc Spada

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Elise Schmit
2010 À l’étage. In: d’Lëtzbuerger Land 08.01.2010
2010 Im Rausch der Literatur. Nachwuchsautor Luc Spada im Porträt. In: Tageblatt 19.08.2010, S. 18
Elise Schmit
2011 Mama Naskandy. In: d'Lëtzebuerger Land 14.04.2011
Kathrin Schug
2012 Luc Spada: "Ich vertrete keine Generation“ [Interview]. 21.03.2012 In: www.hunderttausend.de.
2016 Die Leiden des jungen V. Luc Spadas „Pura Vida“ will hoch hinaus, fällt aber tief. In: Luxemburger Wort, 24.11.2016, S.16
Simone Molitor
2016 Gratwanderer: Luc Spada über seine One-Man-Performance „Hate Fuck, but sweet?“. In: Lëtzebuerger Journal, 26.08.2016, p.16
Anne Ludwig
2016 Konfetti und Todesdrohungen. Die Schauspieler gaben Vollgas bei Pura Vida. In: Tageblatt, 24.11.2016, S.30

Membre

Nom
LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1985-2016]
Dernière mise à jour 29.06.2017