Rudy Mach

Echternach - Echternach


Photo: Rudy Mach
Rudy Mach
Photo: ©

Fils d’un jardinier, Rudy Mach choisit d’intégrer la Compagnie des volontaires luxembourgeois, laquelle est déportée en décembre 1940 en Allemagne. Refusant d’intégrer la police allemande et la S.A., Rudy Mach est renvoyé et trouve du travail aux chemins de fer à Wasserbillig. Il rejoint alors la Résistance (Ligue des patriotes luxembourgeois), se fit arrêter par la Gestapo en 1942 et fut interné dans divers camps de concentration. Le 20 mai 1945, il regagne sa ville natale, où il travaille dans la police, à la fin comme commissaire de police.

Dans Le Refus, récit de vie daté de 1992, Rudy Mach relate son calvaire, commecant avec la déportation de la Compagnie des volontaires, dont il était devenu membre en 1938, à Weimar en décembre 1940. Il relate ensuite les transfers aux camps de concentration de Hinzert, Natzweiler-Struthof et Allach-Dachau, où il fut kapo, lui permettant d'avoir une chance de survivre et de pouvoir aider des codétenus.

Frank Wilhelm

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
René Weyrich
1992-1993 Die Luxemburger Freiwilligen-Kompagnie auf den Spuren Goethes. Gedanken zum 52. Jahrestag ihrer Verschleppung. In: De Lëtzeburger Ex-Militär (1992), 4, S. [13-15; (1993),1, S. [13-15], 2, S. [7-9], 3, S. [15], 4, S. [13-15].
C. ([Pressemitteilung = Communiqué])
2009 Deux témoignages epternaciens sur les ‘années noires’. In: Luxemburger Wort 23.10.2009.
Dernière mise à jour 10.02.2014