Eugénie Arens

Pseud.: E.A.

Mersch - Luxembourg


Photo: Eugénie Arens
Eugénie Arens
Photo: ©

N'ayant pu suivre d'études secondaires, c'est seule qu'Eugénie Arens se perfectionna en français et en anglais après l'école primaire. À la mort de sa mère et de sa sœur, elle partit en 1922 en France, où elle travailla comme éducatrice à Lyon. En 1929, elle rentra au Luxembourg, où elle gagna sa vie avec des travaux à domicile et des cours d'appui. Eugénie Arens fut collaboratrice du périodique Die Luxemburger Frau, supplément hebdomadaire du Luxemburger Wort. C'est là qu'elle proposa la création d'une association et de groupes d'entraide pour travailleuses à domicile et personnes isolées.

Eugénie Arens écrivit en premier lieu des pièces de théâtre et des poèmes. La plupart de ses pièces ont une ambition morale et suivent le schéma selon lequel les malfaiteurs ne peuvent échapper à leur juste punition. Avec Weggenossin "Einsamkeit", Gaspard Krettels publia une sélection de poèmes d'Eugénie Arens.

Germaine Goetzinger

Traductions et adaptations par l'auteur

Titre Année Langue Genres yearsort
Onst déglecht Bro't. Theâterstéck a 4 Akten. Nom Jos Eckerskorn
Joseph Eckerskorn [Auteur]
E.A. (Eugénie Arens) [Traducteur]
1923
LTZ
1923

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Luxemburger Frau (Die). Organ der katholischen Frauenorganisationen Luxemburgs
Eugénie Arens
Luxemburger Wort / d'Wort / LW
Eugénie Arens

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Gaspard Krettels
1960 Weggenossin "Einsamkeit". Leben und dichterischer Nachlaß von Eugénie Arens
Pit Schlechter
1974 Triviales Theater. Untersuchungen zum volkstümlichen Theater am Beispiel des luxemburgischen Dialektdramas von 1894-1940
Roger Hilbert
2001 Dunkel sind die Wege, die das Schicksal geht. Später Nachruf auf eine verkannte und fast vergessene Dichterin aus Mersch. In: De Mierscher Gemengebuet (2001) 54, p. 32-36

Archives

Dernière mise à jour 25.02.2015