Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Norbert M. Berens


Photo :
© Collection CNL

Norbert M. Berens

Norbert Berens
Luxembourg

Pseudonymes : N.M.B.

Norbert Berens grandit à Luxembourg-Limpertsberg, où il fréquente l’école primaire et le Lycée de garçons. Après des études à l’Institut pédagogique, par la suite Institut supérieur d’études et de recherches pédagogiques (Iserp) à Walferdange, il enseigne entre 1970 et 1980 dans des écoles primaires à Luxembourg-ville, entre autres à Belair. En parallèle, il s’engage bénévolement, de 1968 à 1974, au centre socio-éducatif de Dreiborn et devient chargé de la protection de la jeunesse auprès du tribunal de la jeunesse. De 1981 à 1993, il est responsable de la mise en place de l’enseignement moral et social au service d’enseignement de la Ville de Luxembourg. De 1991 à 2006, il fait partie du département Script du ministère de l’Éducation nationale et est chargé de la formation initiale et continue des enseignants d’éducation morale et sociale à l’Iserp, qui devient en 2003 partie intégrante de l’Université du Luxembourg. De 2006 à son départ à la retraite en 2009, il revient au service d’enseignement de la Ville de Luxembourg.

Dans le cadre de son activité professionnelle, Norbert Berens publie une série d’ouvrages pédagogiques. Il réalise, en collaboration avec Marguerite Koob, la collection de manuels scolaires Ethik in der Grundschule (Donauwörth, 2000-2012). Avec d’autres collègues, il édite le manuel pour professeurs d’éducation morale et sociale Moral- und Sozialunterricht (Luxembourg, 1994-2000). Par ailleurs, il publie des articles sur la jeunesse et l’école dans le Lëtzebuerger Journal, dans le journal des jeunes du Parti démocratique Demo 80 et dans Revue, ainsi que sur RTL Radio Lëtzebuerg, où il anime en outre l’émission pour enfants Diabolo. En 1988, il est membre fondateur de l’Institut européen de développement des potentialités de tous les enfants.

Norbert Berens écrit des nouvelles et de courts textes en prose. On lui doit par ailleurs un roman, Die Affäre, qui fait référence à un scandale criminel luxembourgeois remontant à 1982. Ce thriller politique met en scène un haut fonctionnaire impliqué dans des affaires de corruption et de trafic d’armes et pris au piège d’une dépendance sexuelle. Une série de 32 nouvelles, prévues pour l’enseignement moral ou le cours d’allemand, est publiée sous le titre Textsammlung Ethik (Augsbourg, 2011). Le conte Der Lehrer, der in einem Buch wohnte est publié sous forme de livre électronique en 2012. Le texte Der Fluch der Barranäer (2015) se présente comme un thriller politique et une parabole enracinée dans un pays multilingue nommé Monotanien qui, souffrant d’un flux d’immigration, perd sa souveraineté. L’auteur y évoque les différentes confessions chrétiennes, une préoccupation qui l’avait déjà amené à publier Fascinum et Terrificum. Religionen in Luxemburg 1989. Cet ouvrage, rédigé en 1989 mais publié en 2015, dresse pour les années 1980 un inventaire desdites confessions au Luxembourg et fait suite au Memorial (1989) publié par Martin Gerges, auquel Berens reproche une approche limitée au catholicisme et judaïsme, là où lui se propose d’étendre le champ d’analyse au protestantisme.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Norbert M. Berens
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Norbert M. Berens
Citation:
Claude D. Conter, « Norbert M. Berens », sous : , mise à jour du 02.10.2020, consulté le .