Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jakob Lichtfuss


Photo :
© Collection CNL

Jakob Lichtfuss

Jacques Lichtfous ; Jacques Lichtfouss ; Jak. Lichtfouss
Mersch Baden-Baden ()

Pseudonymes : Jak. ; J.L.

Jakob Lichtfuss entre en 1920 comme fonctionnaire à l’Administration des contributions directes et devient à partir de 1939 contrôleur fiscal à Grevenmacher. Sous l’occupation, il est chef de district du mouvement VdB à Grevenmacher et est nommé en 1941 bourgmestre et directeur du domaine thermal à Mondorf-les-Bains. En février 1941, il devient membre du NSDAP, au sein duquel il exerce la fonction de conseiller économique en 1943. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Jakob Lichtfuss est condamné à vingt ans de travaux forcés pour atteinte à la sûreté de l’État et s’installe, après sa libération anticipée, à Baden-Baden en compagnie de son épouse Charlotte Kratzenberg, fille de Damian Kratzenberg. Il devient collaborateur d’un mensuel économique et crée la brochure Hallo! Frau Lehmann (1953), qui défend les idées libérales de l’économie de marché, en collaboration avec Walter Binz. Après la dissolution de sa maison d’édition, Jakob Lichtfuss est probablement président de l’association des retraités en Bade du Sud.

Pendant la Première Guerre mondiale, Jakob Lichtfuss fait la connaissance de Damian Kratzenberg. Sur le plan littéraire, il contribue par des articles aux anthologies Unser Land (1916), Erzland (1917) et Im Segenstrom der Heimat (1938) ainsi que dans les journaux Zeitung für kleine Leute, Das Füllhorn et Der Luxemburger hinkende Bote. Par la suite, il publie le recueil Leute dans la série Lies mich. Luxembuger Jugend- und Volkserzählungen. Il s’agit d’une sélection de récits abordant les sujets de la mort et de l’amour de la patrie. Jakob Lichtfuss a été membre de la Gedelit et secrétaire de cette association dès sa reconstitution en 1937. Par ailleurs, il a été directeur du Kunstkreis Remich-Mondorf et a écrit les chansons Blonde Kathrin et Deutsche Heimat pour le compte du VdB. Les poèmes qu’il a écrits lors de son incarcération à Luxembourg-Grund et à Givenich après 1945 sont restés inédits.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Füllhorn (Das). Neue illustrierte Monatsschrift
    Noms utilisés
    Jakob Lichtfuss
  • Titre des périodiques
    Luxemburger hinkende Bote (Der). Volkskalender für das Grossherzogtum Luxemburg
    Noms utilisés
    Jakob Lichtfuss
  • Titre des périodiques
    Zeitung für kleine Leute
    Noms utilisés
    Jakob Lichtfuss

Études critiques

Membre

  • Gedelit

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Jakob Lichtfuss », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .