Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Claude Mangen


Photo :
© Rechte vorbehalten / droits réservés

Claude Mangen

Ettelbruck

Après avoir fréquenté l’école primaire à Eschdorf/Heiderscheid et le Lycée technique d’Ettelbruck, Claude Mangen termina ses études par un bac technique à l’École de Commerce et de Gestion à Luxembourg. De 1985 à 1990, il prit des cours de théâtre, de diction, de dramaturgie et de mise en scène au Conservatoire de la ville de Luxembourg. De 1984 à 1985, il travailla à la Fiduciaire Générale du Nord à Diekirch, et entre 1985 et 1989, il fut attaché à la direction du Comptoir des Tabacs-Fixmer. De 1989 à 2018, il fut engagé comme acteur à Vienne et à Zurich. Depuis 1993, il est d’abord directeur, ensuite coordinateur des programmes à la radio 100,7 et travaille comme acteur et metteur en scène à Luxembourg. En 1995, il fonda, avec Serge Tonnar, la troupe théâtrale MASKéNADA. Claude Mangen est membre de l’Institut Grand-Ducal, section des arts et lettres. Depuis novembre 2018, Claude Mangen est directeur du centre culturel à Mersch.

Comme metteur en scène, Claude Mangen écrit des collages de textes et des adaptations de pièces de théâtre luxembourgeoises et étrangères auxquelles il donne une nouvelle interprétation, souvent étrange. Pour montrer le multiculturalisme luxembourgeois, Claude Mangen crée des textes en plusieurs langues et choisit souvent des lieux de représentation inhabituels qui s’accordent avec ses concepts de régisseur. En 1984, il fit ses débuts avec la mise en scène de sa pièce de théâtre Um Hougeriicht – eng Moritat a 6 Strofen sur la guerre des gourdins. Trois ans plus tard, il choisit la vieille église à Diekirch comme lieu de représentation de son permier collage De näischnotzege Bléck am Gesiicht sur des chansons et des poèmes de Poutty Stein. En 1993, il arrangea, en collaboration avec Serge Tonnar, sur un plateau de scène flottant dans le lac près d’Insenborn Eng Summernight Story basant sur les pièces de théâtre A Midsummer Night's Dream de William Shakespeare et E Summerdram de Marcel Reuland. Ce collage en six langues devrait refléter la situation linguistique complexe du Grand-Duché. Avec la troupe théâtrale MASKéNADA, Claude Mangen mit en scène, à l’amphithéâtre Briechkaul près de Berdorf, la pièce de théâtre Mäcbess de William Shakespeare, traduite de l’anglais en luxembourgeois par Jean-Michel Treinen. En 2002, Claude Mangen présenta au théâtre de plein air à Wiltz, le musical surréaliste Alice under Ground dont lamusique fut écrite par George Letellier et Serge Tonnar. Adapté du conte Alice in Wonderland de Lewis Caroll, la création de Claude Mangen met un accent critique sur le penchant entre Charles Lutwige Dodgson alias Lewis Caroll et la jeune Alice Liddell, âgée de dix ans. A l’occasion de l’exposition du CNL sur l’auteur luxembourgeois Edmond de la Fontaine en 2009, Claude Mangen créa, avec ses acteurs et en coproduction avec le CNL, un collage Schold & Schäin où il mélangea des extraits de textes autobiographiques, de pièces de théâtre et de chansons de Dicks, interprété par Frédéric Frenay.

Claude Mangen fut également le metteur en scène de pièces de théâtre comme Destin/Destination: une tragédie de Jean Portante (1998), Messer in Hennen de David Harrower (2001), Op der Kiermes de Marcel Reuland (2005) et Der Kirschgarten d’Anton Tschechow (2010) ainsi que de musicals comme Heute abend: Lola Blau de Georg Kreisler (1998), qui fut mis en scène dans diverses gares, la West SideStory (2000) et la Dreigroschenoper (2007). En 2008, il fut le réalisateur du projet culturel Mischa der Fall – Le cas Mischa sur un tueur de femmes, le Suisse Mischa Ebner. En coopération avec le chorégraphe Bernard Baumgarten, cette création ponctuée d’intermèdes de danse, de musique et d’installations vidéo fut présentée entre autre au Centre hospitalier neuropsychiatrique d’Ettelbruck. Pour le 100e anniversaire de Gustave Mahler, Claude Mangen produisit en 2011 le récital Ich bin der Welt abhanden gekommen. En 2012, dans une adaptation scénique spectaculaire du roman Dracula de Bram Stoker au Théâtre municipal d’Esch-sur-Alzette, il réunit les différents genres du théâtre, de la danse, de la musique, de la projection vidéo et de la magie. Trois ans plus tard, en 2015, il choisit une nouvelle fois le lieu du plateau de scène flottant dans le lac près d’Insenborn, en mettant en scène l’opéra-metal Kveldulf – Der Abendwolf, une épopée islandaise, dont Jean-Michel Treinen signa le texte allemand et la composition musicale. Dans la même année, Claude Mangen fut le réalisateur du musical Call Me Madam de Irving Berlin à la maison culturelle de Mersch. Montée en 1950 à New York, cette comédie musicale est inspirée de l’histoire de la riche veuve Perle Mesta, nommée ambassadrice des États-Unis au Luxembourg en 1949. En 2016, Claude Mangen emmena le spectateur dans la première moitié du 20e siècle avec la revue musicale Frou Frou. Pour réaliser ce voyage dans le temps et dans l’histoire européenne, il mélangea des poèmes et des chansons d’auteurs et de compositeurs de diverses nationalités comme Poutty Stein, Aristide Bruant et Friedrich Holländer. 

En tant qu’acteur, Claude Mangen joua dans des pièces de théâtre comme The Elephant Man de Bernard Pomerance (2004), dans Engelmann, un monologue d’André Link sur la vie de l’auteur René Engelmann (2005), dans Parasit (2005) de Friedrich Schiller et dans Endspill (2006), une pièce de théâtre de Samuel Beckett, traduite en luxembourgeois par Guy Wagner. Comme réalisateur et acteur, il participa, ensemble avec Mars Klein et Rudi Schubert, au cabaret Adel braucht Tadel en 2012.

Cet article est signé Josiane Weber

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
    Noms utilisés
    Claude Mangen
  • Titre des périodiques
    forum. fir kritesch Informatioun iwer Politik, Kultur a Relioun
    Noms utilisés
    Claude Mangen

Études critiques

Membre

  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • MASKéNADA
Citation:
Josiane Weber, « Claude Mangen », sous : , mise à jour du 12.03.2020, consulté le .