Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Joseph Kayser


© CNL

Joseph Kayser

Jos Kayser
Luxembourg

Après avoir fréquenté l’école primaire à Itzig (1970-1976) et l’Institut Emile Metz à Dommeldange (1976-1983), Joseph Kayser travailla en tant qu’électromécanicien. Il rejoignit d'abord le Service de l’Énergie de l’État, puis, de 1984 à 2017,  la CLT, où il occupe depuis peu  une fonction administrative au sein du Broadcasting Center Europe, l’entité technique de RTL Group. En 2010, il travailla, pour IPL, comme concepteur-rédacteur de publicités pour la radio et la télé.

Joseph Kayser fit ses débuts littéraires avec le récit Prinzessin Charlotte (2017) qui, dans les années soixante-dix, relate l’histoire de trois frères et sœurs rompant, avec plus ou moins de succès, avec l’environnement familial. Ce milieu est marqué par des mensonges et une violence aussi bien physique que psychique masqués sous les apparences d’une idylle. Le récit a pour sujet la dissimulation, sur plusieurs générations, de viols, l’enfermement de personnes dans des psychiatries et la rébellion contre le patriarcat familial et religieux. Au-delà, le texte interroge la crédibilité d'une histoire ou d'un témoignage. D’Bomi ass dout (2018) se déroule en 1972 et raconte l’histoire des premières vacances familiales d’un joueur d’échecs qui n’avait que dix ans lorsque sa grand-mère est morte. La nouvelle, caractérisée par des passages absurdo-comiques, traite des situations familiales perturbées, des disputes conjugales et de l’infidélité ainsi que des conflits entre parents et enfants. Le roman De Mann, deen ëmmer laacht (2018), est l’étude de caractère d’un fonctionnaire mesquin, méchant, solitaire et misanthrope qui cherche à nuire aux gens par des moyens bureaucratiques. Kayser décrit un homme obsédé par les chiffres, qui jette un regard cynique sur un environnement auquel il ne peut cependant se dérober.

Le thriller Gleef net, wat d’Fréijoer der versprecht (2020), dans lequel Joseph Kayser traite à nouveau de thèmes tirés de romans antérieurs tels que l’inceste, la monotonie de la vie quotidienne et le célibat, suit Schimberg, l’archiviste d’une banque privée allemande au Luxembourg, laquelle est sur le point de fermer. Le héros tombe dans les griffes des services secrets une fois révélé le fait que les avoirs des comptes juifs ont été retenus après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Kayser relie l’intrigue de la découverte des fonds, qui met le protagoniste solitaire dans une situation de danger mortel, à une double histoire d’amour : d’une part, Schimberg fait la connaissance de la descendante d’une famille juive, en phase terminale d’un cancer ; d’autre part, il est confronté à un ancien amour inassouvi pour la fille du directeur de sa banque, lequel est partisan de l’idéologie raciale nationale-socialiste.

La nouvelle Déif gekillt (2020) se déroule dans un bistrot de Bonnevoie. Quatre clients impliqués dans diverses activités criminelles et craignant des poursuites judiciaires y jouent aux cartes sur un cadavre caché dans un congélateur. Leur plan ? Au moyen d’un faux accident de voiture, attribuer au cadavre calciné l’identité du gagnant, afin que celui-ci puisse s’échapper discrètement dans un pays hors d’Europe.

Joseph Kayser a publié un récit en anglais dans l’anthologie Fresh from the Fountain (2018)

Cet article est signé Claude D. Conter et Tim Reuter

Publications

Études critiques

Citation:
Claude D. Conter/Tim Reuter, « Joseph Kayser », sous : , mise à jour du 05.11.2020, consulté le .