Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Marie-Josée Weber-Hurt


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Marie-Josée Weber-Hurt

Luxembourg

Marie-Josée Weber-Hurt suit l’enseignement primaire à Lellig de 1961 à 1967, puis l’enseignement secondaire à Wasserbillig de 1967 à 1969 et à Grevenmacher de 1969 à 1970. S’ensuit une année de commerce au lycée Joseph Bech, complétée par trois années à l’école professionnelle de commerce du Limpertsberg et l’obtention, en 1973, d’un certificat d’aptitude professionnelle dans la vente. Elle enchaîne ensuite plusieurs emplois, d’abord dans la vente (1970-1974), puis auprès des Sœurs du Petit Enfant Jésus à Echternach (1974-1976) et de l’Association Clara Fey Foyer d’enfance, où elle travaille tout en suivant une formation orientée vers l’éducation différenciée (1976-1978). En 1980, elle rejoint l’entreprise familiale, un camping situé à Haller. Confrontée au diagnostic de cancer du sein en 1994, elle se tourne notamment vers la peinture et vend des toiles au profit de l’association « Omega 90 ». Suite à son expérience, elle cofonde, en 2002, l’a.s.b.l. « Europa Donna Letzebuerg », une association européenne qui s’investit dans la lutte contre le cancer du sein. Elle en fut la présidente jusqu’en 2012.

En 1998, après avoir surmonté son cancer, Marie-Josée Weber-Hurt rassemble des notes prises au fil de l’évolution de la maladie et publie d’Noutbrems. Dans un premier temps, ce récit autobiographique d’une descente aux enfers se construit autour de souvenirs qui, par l’évocation d’une mère angoissée, les propres peurs face au décès de nombreux proches mais aussi les antécédents de ses grand-mère, mère et sœur, toutes trois atteintes d’un cancer du sein, nourrissent le caractère anxieux de la protagoniste et posent les jalons des douloureuses étapes qui la mèneront, plus tard, à la guérison. L’ouvrage est publié en trois langues (luxembourgeois, allemand et français). L’auteure en assure la traduction allemande, tandis que la version française est réalisée par Marie-Claire Schumacher-Bestgen et Geneviève Bender-Berland. Le volume est, par ailleurs, pourvu de reproductions de tableaux réalisés par l’auteure.

Cet article est signé Ludivine Jehin

Publications

Traductions

Études critiques

Citation:
Ludivine Jehin, « Marie-Josée Weber-Hurt », sous : , mise à jour du 20.04.2016, consulté le .