Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Albert Mambourg


Photo :
© Wolfgang Osterheld

Albert Mambourg

Aby Mambourg
Diekirch

Albert Mambourg, fils de médecin, fréquente l’école primaire et le Lycée classique de Diekirch. Après son baccalauréat en 1960, il suit des études de médecine à Paris et à Vienne et connaît ses premières expériences professionnelles à Vienne et à Montreux. Il s’établit comme gynécologue à Sursee près de Lucerne, où il dirige depuis 1996 une clinique de chirurgie esthétique.

Albert Mambourg a d’abord écrit en français, notamment des reportages sportifs pour Le Républicain lorrain. Par l’intermédiaire de Simone de Beauvoir, une série de romans d’Albert Mambourg paraissent aux Nouvelles Éditions Debresses. Ces ouvrages s’inspirent de l’existentialisme littéraire et du Nouveau Roman et utilisent la technique du flux de conscience. Ils illustrent les limitations d’une vision du monde radicalement matérialiste tout en mettant en relation des expériences médicales avec des pathologies comme les psychoses sexuelles ou le désir de mourir.

Après s’être établi en Suisse et avoir opté pour la nationalité helvétique, Albert Mambourg commence à écrire des récits brefs en allemand, principalement publiés dans des anthologies de la LSV, mais aussi des histoires érotiques comme Liese endlos lieben. Le récit Il Gato (2000) est une invective satirique à l’encontre de Herbert von Karajan. Laura est un récit diaristique de l’écrivain Morand relatant ses souvenirs de sa compagne Laura, victime d’un accident mortel lors d’un voyage commun en Normandie sur les traces de Marcel Proust. La nouvelle Paris – ein Ende relate l’histoire d’un médecin dont la vie oscille entre mélancolie et joie de vivre et qui, durant un congrès mondial de sexologie à Paris, désire renouer avec la femme qui l’a quitté longtemps auparavant. Mesurant le caractère éphémère de la vie, Albert Mambourg y aborde les sujets de la vieillesse, de la solitude, de la finitude, mais également de la jouissance et de la beauté. Des retours en arrière, des fantasmes et des rêves éveillés interrompent l’intrigue de la nouvelle, parsemée d’allusions à l’œuvre du marquis de Sade.

Albert Mambourg a aussi écrit des pièces de théâtre (Die Skrupel eines Bürgers, 100 000 Chinesen, Die Reise nach Amerika) et des revues (Der Bürger kommt selten allein, Der Ritt über den Vierwaldstättersee, Denn sie wissen, was sie tun). Pendant quelques années, il est monté sur scène avec ses propres programmes de cabaret dans des cafés-théâtres de Lucerne. En 1982, son travail d’auteur de théâtre lui vaut le prix de promotion littéraire du canton de Lucerne. Albert Mambourg a été membre de la LSV.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Albert Mambourg
  • Titre des périodiques
    Républicain Lorrain. est-journal : grand régional d’information, quotidien indépendant
    Noms utilisés
    Albert Mambourg

Études critiques

Membre

  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
Citation:
Claude D. Conter, « Albert Mambourg », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .