Nicolas Breisdorff

J.N. Breisdorff; Jean Nicolas Breisdorff

Pseud.: B. ; N.B. ; N.Br.

Luxembourg - Limpertsberg (alors commune de Luxembourg, des parties appartenaient à Eich et Rollingergrund)


Photo: Nicolas Breisdorff
Nicolas Breisdorff
Photo: ©

Fils d'un artisan, Nicolas Breisdorff fréquenta depuis 1847 le Séminaire de Luxembourg. Il est ordonné prêtre en 1851 et occupe par la suite le poste de vicaire à Steinsel. De 1853 à 1854, il étudie la politique sociale et l'économie à l'Université de Louvain. De 1854 à 1884, il est éditeur en chef du Luxemburger Wort. Dans cette fonction il est mentionné dans le Renert (14e chant) de Michel Rodange. De 1881 à 1887, il est membre de la Chambre des députés pour le canton de Rédange et s'efforce de renforcer l'influence politique et sociale de l'Eglise catholique, par exemple lors de la réforme de l'enseignement. Politicien et journaliste militant, il est souvent caricaturé dans le journal satirique D'Wäschfra.

Nicolas Breisdorff fut membre de la section historique de l'Institut grand-ducal et écrit des articles pour la Revue générale de Belgique et les Publications archéologiques de Luxembourg, entre autres sur les procès en sorcellerie au Luxembourg. A partir de 1855, il publia des recueils édifiants, comme la traduction allemande des Ablassgebete aus den Schriften des heiligen Alphonsus (1888) et le Führer für die Seelen, um die große Kunst des Heils, das Gebet, zu lernen (1891), ainsi que des livres sur la vie religieuse au Luxembourg, par exemple Die Geschichte der St. Michaels-Kirche in Luxemburg (1857) et Erinnerung an die Bischofsweihe des Hochw. Herrn Nikolaus Adames (1863).

Vers la fin de sa vie, Nicolas Breisdorff se voua également aux belles-lettres. Il traduisit quatre romans historiques du français en allemand et les publia comme feuilleton au Luxemburger Wort: Das Leben eines Banditen de Louis Vady, Die weiße Wasserlilie d'Amélie Picard, Das Geheimniß de Xavier de Montépin et Russische Zustände du Prince Lubomirski. Il est probablement aussi d'auteur du feuilleton signé N.B., Haß und Liebe. Erzählung aus dem Volksleben, paru en 1889-1890 dans le supplément du Luxemburger Wort intitulé Sonntags-Untehaltungsblatt.

Sandra Schmit

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Luxemburger Wort / d'Wort / LW
B.
N.B.
N.Br.
Revue générale belge
Nicolas Breisdorff

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
Martin Blum
1899-1901 Geschichtlicher Rückblick auf die im Großherzogthum Luxemburg bisher erschienenen Zeitungen und Zeitschriften. Ein Beitrag zur Culturgeschichte des Luxemburger Landes
Marc Thiel
1993 "D'Wäschfra". Histoire d'un journal satirique

Membre

Nom
Institut grand-ducal Section historique
Dernière mise à jour 09.02.2018