Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Joseph Schmit


Photo :
© Marienkalender

Joseph Schmit

Boulaide Esch-sur-Alzette

Pseudonymes : Costa Faber

Fils de charron, Joseph Schmit fréquente après l'école primaire à Boulaide l’Athénée de Luxembourg. En 1942, il doit intégrer en tant que lycéen le Reichsarbeitsdienst (Service du travail obligatoire),  avec des étapes en Poméranie et en Grèce Nord. En 1943, il est enrôlé de force dans la Wehrmacht, afin de combattre sur le front de l’Est. De juillet à décembre 1945, il est fait prisonnier de guerre par les Russes. Après son retour au Grand-Duché fin 1945, il étudie au Grand Séminaire à Luxembourg. Ordonné prêtre en 1951, il devient vicaire à Esch-sur-Alzette et enseigne de 1964 à 1992 la doctrine chrétienne au Pensionnat Marie-Consolatrice à Esch-sur-Alzette, où il est également aumônier.

Les écrits littéraires de Joseph Schmit sont marqués par ses convictions anticommunistes. Il y relate ses expériences personnelles en Union soviétique et entretient le souvenir de la Seconde Guerre mondiale dans des articles publiés entre autres dans nos cahiers. Rédigé en 1944 et publié trente ans plus tard sous le titre Das Labyrinth Strach, son récit autobiographique relate ses expériences pendant la guerre et dans un camp de travail soviétique. Dans le récit Im Sog der roten Flut, Joseph Schmit rappelle ses expériences personnelles et livre des analyses et des réflexions politiques, économiques et idéologiques sur l’Union soviétique. Sous le pseudonyme de Costa Faber, il écrit en 1952 le drame en quatre actes Das Labyrinth, qui traite du même sujet et qui est resté à l’état de manuscrit. Il considère que, dans le contexte de la guerre froide, ses textes apportent des informations nécessaires sur les inadéquations entre le marxisme scientifique et les conditions de vie et de travail en Union soviétique.

Joseph Schmit a publié par ailleurs des articles consacrés à l’histoire locale, à la philosophie marianiste, à l’histoire de l’Église en général et à celles des ecclésiastiques et des paroisses du canton de Redange-sur-Attert en particulier dans Luxemburger Marienkalender, Luxemburger Wort, nos cahiers, Lëtzebuerger Bauere-Kalenner ainsi que dans des brochures locales. A partir de 1982, il est en outre éditorialiste du Letzeburger Sonndesblad.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Bauerekalenner / Letzeburger Bauere-Kalenner
    Noms utilisés
    Joseph Schmit
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Joseph Schmit
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Joseph Schmit
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Joseph Schmit

Études critiques

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Joseph Schmit », sous : , mise à jour du 02.02.2022, consulté le .