Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean Friedrich


Photo :
© Archiv Luxemburger Wort

Jean Friedrich

Dudelange Dudelange

Pseudonymes : Pier Gind

Après avoir fréquenté l’école primaire supérieure, Jean Friedrich travaille au bureau technique de l’Arbed avant de s’inscrire à l’École normale d’instituteurs. Par la suite, il enseigne à Canach et à Dudelange. En 1920, il entame des études de philosophie à la Sorbonne à Paris. En 1921, il rentre à Dudelange, où il est instituteur de l’école primaire supérieure jusqu’en 1955. Dans les années 1930, Jean Friedrich préside l’Association catholique des instituteurs. En 1936, il est élu représentant des instituteurs à la commission scolaire.

Jean Friedrich a été collaborateur des revues Les Cahiers luxembourgeois, Jonghémecht, Luxemburger Schulfreund et Morgenglocken. Un de ses récits paraît dans le recueil Luxemburger Jugend- und Volkserzählungen de la collection Lies mich (1924).

Dudelange, avec son histoire locale et sociale, se dresse en toile de fond à travers la plupart des textes littéraires de Jean Friedrich, qui affichent une forme conventionnelle et qui sont empreints d’un élan moralisateur. Le recueil posthume Jangli. Die Geschichte einer Kindheit se rapporte aux souvenirs d’enfance de Jean Friedrich lui-même au quartier ouvrier Tattenberg de la ville de Teutlingen (= Dudelange). Le roman Nannten Sie es Glück, Herr Direktor? met en scène le personnage d’Émile Mayrisch et se joue à l’époque du début de l’industrialisation à Dudelange, tandis que la pièce de théâtre D’Bludbad vun Dideleng évoque la résistance de la population masculine contre les troupes révolutionnaires françaises. La pièce est donnée en 1938 comme spectacle en plein air lors de l’Erntedankfest et du Jungbauerntag à Brandenbourg. Jean Friedrich est en outre l’auteur du texte de la cantate festive à l’occasion du cinquantenaire de Dudelange, mis en musique par Norbert Hoffmann. Les anecdotes de voyage Auf Nordfahrt (1934), à propos d’une croisière de Hambourg à Spitzbergen, paraissent en septembre 1934 au Luxemburger Wort et sont par la suite publiées comme tiré à part par ce même journal. Elles ne sont répertoriées dans aucune bibliothèque publique.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Jean Friedrich
  • Titre des périodiques
    Jonghémecht / Jong-Hémecht. Zeitschrift für heimatliches Theater, Schrift- und Volkstum
    Noms utilisés
    Jean Friedrich
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Schulfreund. Organ. des Kath.Lehrer- und Lehrerinnenvereins
    Noms utilisés
    Jean Friedrich
  • Titre des périodiques
    Morgenglocken. Luxemburger Kinderzeitung
    Noms utilisés
    Jean Friedrich

Études critiques

Membre

  • Association des écrivains catholiques luxembourgeois
Citation:
Germaine Goetzinger, « Jean Friedrich », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .