Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean-Baptiste Fallize


Photo :
© Collection CNL

Jean-Baptiste Fallize

Dr. J.-B. Fallize ; J. B. O. Fallize ; Jean-Baptiste Olaf Fallize ; Johann Olaf Fallize ; Johannes Olaf Fallize ; Mgr Fallize
Betlange () Luxembourg

Pseudonymes : J.B.F.

Jean-Baptiste Fallize, fils de tanneur, naît  à Betlange, sur le côté belge de la frontière nouvellement créée et passe son enfance à Harlange avant de fréquenter en 1858 l’Athénée de Luxembourg, où il passe son baccalauréat. À la demande de l’évêque Adames, Fallize suit des études de philosophie et de théologie au Collegium Germanicum à Rome. En 1871, il est ordonné prêtre à Saint-Jean-de-Latran. Après son doctorat, il rentre au Luxembourg en 1872 et est nommé recteur adjoint et administrateur du nouveau pensionnat épiscopal de garçons. En 1876, il est nommé curé de la paroisse de Pintsch. Ayant rédigé un traité sous forme de dialogues sur le système électoral, le gouvernement et le Kulturkampf (Die Kammerwahlen), il est élu député en 1881. À l’instar de Johann Knaff, il s’exprime en allemand au parlement. En 1884, l’évêque Koppes le nomme président de la Cour des comptes épiscopale et lui confie les tâches d’un vicaire général. En même temps, Fallize dirige l’Imprimerie Saint-Paul, qui édite des périodiques qui dépendent de l’épiscopat ou en sont proches. La même année, il devient rédacteur en chef du Luxemburger Wort. Ses succès dans le domaine de la propagande journalistique lui valent d’être nommé, à la demande du Vatican, préfet apostolique de Norvège, protonotaire apostolique et prélat domestique du pape en 1887. À partir de Christiania, Fallize, assisté de nombreux prêtres luxembourgeois, organise une communauté catholique à l’échelle nationale en Norvège. Il introduit la liturgie romaine et les chants grégoriens. Par ailleurs, il fonde des églises, des écoles et des hôpitaux en Norvège. Suite à ses succès, il est nommé vicaire apostolique et évêque titulaire d'Elusa (Haluza, Israël) en 1892. En 1912, il devient assistant au trône pontifical et comte romain. Après avoir quitté ses fonctions, il se rend d’abord à Bergen, où il est nommé évêque titulaire de Chalcis et se retire plus tard au couvent Sainte-Zithe à Luxembourg.

Jean-Baptiste Fallize a écrit des poèmes, des récits de voyage et des mémoires en allemand, en français, en norvégien, en latin et en néerlandais. Pendant ses études, entre 1864 et 1869, il compose une centaine de poèmes, surtout du domaine de l’édification, mais aussi des poèmes de circonstance. Il aborde aussi certains aspects de sa patrie : la Moselle, Vianden ou encore l’émigration en Amérique. Sa poésie se distingue par l’emploi d’une grande variété de vers, allant du ghazal à la sextine. À partir des années 1870, il s’adonne à la littérature de voyage dans le cadre de ses activités éditoriales. Dans Reise nach Rom, le premier volume de la Luxemburger Volksbibliothek, une série de littérature chrétienne pour l’usage quotidien qu’il fonde en 1876, il retrace ses souvenirs d’étudiant. En Norvège, Fallize rédige de longs récits de voyage, traduits en allemand, en portugais et en norvégien. Par ailleurs, il présente des descriptions de la faune, des villes, des villages et des paysages, de même que des conférences consacrées aux mœurs et à la vie quotidienne. De par ses tâches politiques et ecclésiastiques, Fallize a été une personnalité centrale du monde journalistique dans les années 1870 et 1880. En 1873, il devient l’éditeur de Luxemburger Sonntagsblättchen, qu’il rebaptise Luxemburger Sonntagsblatt deux ans plus tard et qui paraît jusqu’en 1887. Après avoir rédigé le Luxemburger Hauskalender en 1874, il fonde le Luxemburger Marienkalender en 1877, dont il dirige la rédaction pendant dix ans. Considérant que la politique libérale est une menace pour l’influence de l’Église, Fallize s’investit de plus en plus dans la vie politique. C’est dans ce contexte qu’il fonde l’hebdomadaire Luxemburger Volksblatt (1880-1885). Ses attaques journalistiques visant le ministre d’État von Blochhausen lui valent trente jours de prison en 1880. En Norvège, il déploie, comme dans le passé, un grand effort médiatique pour soutenir ses activités missionnaires en fondant des imprimeries et des hebdomadaires catholiques, en éditant des missives pontificales et des directives (Kirkelige Bekjendtgjørelser), des ouvrages d’édification et des manuels scolaires. En tout, ses publications comportent plus de cinquante titres. En outre, il a contribué aux périodiques Katholische Missionen (Fribourg-en-Brisgau), Missions catholiques (Lyon) et St. Olav (hebdomadaire norvégien). Enfin, Fallize est l’auteur de Der kleine Jesus als Postulant, une pièce festive destinée aux couvents, rédigée en norvégien en 1895 et en allemand en 1898, incitant les jeunes croyants à entrer dans les ordres.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Katholische Missionen (Freiburg)
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    Kirkelige bekjendtgjørelser
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Sonndesblad / Luxemburger Sonntagsblatt / Luxemburger Sonntagsblättchen (Luxemburger Sonntags-Blättchen für Stadt und Land)
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
    J.B.F.
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Hauskalender
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Volksblatt (1880-1891). Politisches Beiblatt zum Luxemburger Sonntagsblatt
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    Marienkalender / Luxemburger Marienkalender / Lëtzebuerger Panorama
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    Missions Catholiques [Lyon]
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize
  • Titre des périodiques
    St. Olaf. Katholsk titende (=Katholische Zeitschrift)
    Noms utilisés
    Jean-Baptiste Olaf Fallize

Études critiques

Citation:
Claude D. Conter, « Jean-Baptiste Fallize », sous : , mise à jour du 29.03.2021, consulté le .