Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Aline Mayrisch-de Saint Hubert


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Aline Mayrisch-de Saint Hubert

Marie Julie Aline de Saint-Hubert [né(e)] ; Aline Mayrisch ; Frau Emil Mayrisch ; Loup Mayrisch ; Aline de Saint-Hubert [né(e)]
Hollerich (alors commune de Hollerich) Cabris ()

Pseudonymes : A.D. ; A.M. ; A.M.St.H. ; Alain Desportes ; L.M. ; Loup ; L.St.H. ; St.H. ; St. Hubert

Aline Mayrisch-de Saint Hubert, la fille d’un marchand de bois d’origine belge, fréquente le Pensionnat Notre-Dame Sainte-Sophie et le Pensionnat Sartorius à Bonn. En 1894, elle épouse l’ingénieur d’usine Émile Mayrisch, qui deviendra directeur général de l’Arbed en 1911, et part s’installer avec lui à Dudelange. En 1905, elle est élue présidente de l’Association pour les intérêts de la femme, qui vient de voir le jour et va promouvoir la création du premier lycée de jeunes filles au Luxembourg. Elle s’engage également en faveur d’associations caritatives comme la Ligue luxembourgeoise contre la tuberculose et la Croix-Rouge luxembourgeoise, et favorise la formation d’assistantes sociales, de même que la professionnalisation du travail social. Pendant la Première Guerre mondiale, elle aménage un hôpital militaire et participe aux soins des blessés. En 1920, elle s’installe au château de Colpach, dont elle fait un lieu de rencontre franco-allemand dans l’entre-deux-guerres. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle se réfugie à Cabris, dans le sud de la France.

Aline Mayrisch-de Saint Hubert s’est intéressée aux arts et à la littérature et se voulait une médiatrice entre les mondes culturels français et allemand. À partir de 1898, elle publie des articles sur des peintres allemands ainsi que des critiques littéraires, entre autres sur L’Immoraliste d’André Gide, dans la revue d’avant-garde belge L’Art moderne. Elle entretient des amitiés et des correspondances abondantes avec de nombreux écrivains et intellectuels, dont André Gide, Jean Schlumberger, Jacques Rivière, Henri Michaux, Maria et Théo Van Rysselberghe, Marie Delcourt, Alexis Curvers, Annette Kolb, Gertrude Eysoldt, Ernst Robert Curtius et Bernhard Groethuysen. En 1914, elle accompagne André Gide et Henri Ghéon en Turquie ; en 1927, elle se rend en Gironde et dans le Limousin en compagnie d’Ernst Robert Curtius. Dans son château de Colpach, elle arrange des rencontres franco-allemandes lors desquelles André Gide peut côtoyer Walter Rathenau et Ernst Robert Curtius. Par ailleurs, Aline Mayrisch fait découvrir à André Gide les textes de Rainer Maria Rilke. En publiant un article sur Rilke dans la Nouvelle Revue française, elle contribue à trouver un public français à l’écrivain allemand. C’est dans cette même revue qu’elle publie des articles sur la situation intellectuelle en Allemagne après la Première Guerre mondiale ainsi que son récit de voyage autobiographique Paysages de la trentième année, qui, partant des paysages insulaires de Corse et d’Islande, évoque la confrontation au vide, à l’absurdité et au néant. Son roman inachevé Andrée Reimenkampf ne nous est pas parvenu. En collaboration avec Marie Delcourt et Bernhard Groethuysen, Aline Mayrisch a traduit par ailleurs des sermons du mystique médiéval Maître Eckhart, L’Enfant qui s’accuse (Ein Kind klagt sich an) de Jean Schlumberger et Le Mythe de Sisyphe. Essai sur l’absurde (Die Mythe des Sisyphus. Erörterung über das Sinnlose) d'Albert Camus. Dans les années 1930, elle soutient financièrement le journal d’exil Maß und Wert édité par Thomas Mann. Sont dédiés à Aline Mayrisch les ouvrages Das literarische Frankreich von heute de Frantz Clément, Les Cahiers de la Petite Dame de Maria Van Rysselberghe et La Vie d’Euripide de Marie Delcourt.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Clarté (L). Hebdomadaire politique et littéraire
    Noms utilisés
    Aline Mayrisch-de Saint Hubert
  • Titre des périodiques
    Hermes. revue trimestrielle
    Noms utilisés
    Aline Mayrisch-de Saint Hubert
  • Titre des périodiques
    Jahrbuch der bildenden Kunst. Hrsg. von Max Martersteig
    Noms utilisés
    St. Hubert
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Zeitung III [1868-1941] / LZ
    Noms utilisés
    A.D.
  • Titre des périodiques
    Mesures
    Noms utilisés
    Aline Mayrisch-de Saint Hubert
  • Titre des périodiques
    Neue Rundschau
    Noms utilisés
    Aline Mayrisch-de Saint Hubert
  • Titre des périodiques
    Nouvelle Revue Française (La) / N.R.F.
    Noms utilisés
    L.St.H.
    Alain Desportes
    Aline Mayrisch-de Saint Hubert
    St.H.
    A.M.St.H.
    St. Hubert
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Frau Emil Mayrisch

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Croix-Rouge luxembourgeoise
  • Gobineau-Gesellschaft
  • Ligue luxembourgeoise contre la tuberculose
  • Verein für die Interessen der Frau

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Aline Mayrisch-de Saint Hubert », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .