Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Michèle Thoma


Photo :
© Collection CNL

Michèle Thoma

Luxembourg

Pseudonymes : Camelia Tampax ; Egonia von Dannen ; Rosa Immerblau ; Lieschen Müll ; Märilinn Onrou ; Zarah Tustra ; Zeitzeugin (die kleine) ; Zona X

Michèle Thoma fréquente le Lycée de jeunes filles à Luxembourg et passe son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg. De 1972 à 1979, elle étudie l’histoire et les lettres allemandes à Sarrebruck, Berlin, Heidelberg et Vienne. Dans les années 1970, elle sillonne l’Europe, le Proche-Orient et les États-Unis, gagnant sa vie avec des emplois occasionnels. Elle a vécu pendant quelques années à Brattert et réside depuis 1987 à Vienne.

Depuis le milieu des années 1990, Michèle Thoma publie des feuilletons, des nouvelles et des poèmes dans des périodiques viennois comme Volksstimme, mais aussi dans Grénge Spoun, Kulturissimo et d’Lëtzebuerger Land, sous les pseudonymes de Zona X et Die kleine Zeitzeugin. Un choix de chroniques publiées dans le Lëtzebuerger Land entre 2007 et 2008, dans lesquelles l’auteure sonde sur un ton ironique la société luxembourgeoise, la culture contemporaine et la politique internationale, paraît en 2013 sous le titre Die kleine Zeitzeugin. En 2005, Michèle Thoma est membre fondatrice de la revue viennoise Art and Migration.

Par ailleurs, elle a été membre de la LSV. Des poèmes et des textes en prose de Michèle Thoma sont repris dans les recueils Frauenlyrik in Luxemburg (Differdange, 1980), Händedruck (Andernach, 1981), À sept voix (Esch-sur-Alzette, 2002), Luxemburg literarisch (Sankt-Pölten, 1983) et Désirs de cire (Dudelange-Mersch, 2004). Elle est aussi l’auteure du texte vaudeville Ikarus' lustige Witwe, représenté en 1998 par la troupe Teatro Vivace en collaboration avec le TNL à Vianden et à Weimar.

Dans ses recueils de poésie, de prose et de dialogues, Michèle Thoma évoque les espoirs, les angoisses, le désir de liberté, les déceptions, la vie quotidienne et les rapports humains dans une perspective féminine. Avec des phrases courtes et saccadées, elle dénonce de manière ironique et satirique les travers d’un monde axé autour de la consommation et lance un appel à la responsabilisation et à l’autodétermination. Un de ses textes paraît en 2007 en traduction hongroise dans la revue Magyar napló.

En 1986, Michèle Thoma remporte le premier prix du Concours littéraire national avec Der Ernst des Lebens.

Cet article est signé Sandra Schmit

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
  • Titre des périodiques
    kulturissimo. mensuel culturel et socio-politique
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
    Zona X
    Zeitzeugin (die kleine)
    Camelia Tampax
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
  • Titre des périodiques
    pult (das). literatur, kunst, kritik
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
  • Titre des périodiques
    Saphir. Neue Luxemburger Illustrierte
    Noms utilisés
    Michèle Thoma
  • Titre des périodiques
    Sterz. Unabhängige Zeitschrift für Literatur, Kunst und Kulturpolitik (und alles, was Spaß macht) [in vielen Varianten
    Noms utilisés
    Egonia von Dannen
  • Titre des périodiques
    woxx / Grénge Spoun. déi aner Wochenzeitung = l’autre hebdomadaire
    Noms utilisés
    Michèle Thoma

Études critiques

Distinctions

Membre

  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
  • Théâtre National de Luxembourg

Archives

Citation:
Sandra Schmit, « Michèle Thoma », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .