Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Christiane Chomé


Photo :
© Collection CNL

Christiane Chomé

Christiane Yogeshwar-Chomé
Esch-sur-Alzette Junglinster

Christiane Chomé fréquente l’école primaire à Esch-sur-Alzette. Pendant la guerre, elle est évacuée, puis déportée en septembre 1942 à Boppard et Sarrebourg. Après la guerre, elle passe son baccalauréat au Lycée de jeunes filles à Esch-sur-Alzette et suit des études à la Kunstgewerbeschule de Zurich. Elle rentre ensuite au Luxembourg, avant de passer six ans en Inde à partir de 1960. Par la suite, elle travaille comme artiste indépendante et enseignante d’éducation artistique au Lycée technique d’Ettelbruck.

Dans son récit autobiographique Horch, die Hunde bellen, Christiane Chomé raconte ses souvenirs d’enfance : l’invasion du Luxembourg par la Wehrmacht, les conditions de vie difficiles, l’évacuation en France, la vie quotidienne et scolaire au Luxembourg sous l’occupation, les changements des paysages culturel et industriel, l’expérience de la déportation et le retour au pays. Dans un scénario non publié, Christiane Chomé relate l’histoire d’une famille au Luxembourg à travers cinq générations, reprenant en même temps l’histoire politique, économique et culturelle du pays ; elle évoque notamment le marché des imprimeries au XIXe siècle au Grand-Duché.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Études critiques

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Christiane Chomé », sous : , mise à jour du 16.10.2020, consulté le .