Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Joseph Auguste Diehl


Photo :
© Collection/Sammlung Stefan Empter

Joseph Auguste Diehl

Josef August Diehl
Neuerburg () Berlin ()

Joseph August Diehl est originaire de Neuerburg dans l’Eifel. Grâce à une bourse instaurée par son ancêtre Mathieu Appert, de Diekirch, dont il bénéficie à partir de 1856, il devient élève de l’Athénée de Luxembourg, où il passe son baccalauréat en 1860. Il passe son doctorat de philosophie avec la thèse De pulchro et sublimi (Münster, 1868), dans laquelle il se réfère aussi à Du beau dans ses rapports avec le vrai et le bien de Karl Müllendorff. Diehl devient professeur de latin et de français, d’abord de 1861 à 1874, avec des coupures, au lycée d’Emmerich, puis de 1874 à 1884, au Gymnasium Thomaeum à Kempen. De 1884 à 1897, il dirige la Rheinische Ritterakademie de Bedburg et, de 1897 à 1913, le lycée de Groß-Glogau en Silésie.

Joseph August Diehl est l’auteur d’une traduction en vers latins de La Cloche de Schiller, effectuée alors qu’il est encore élève de l’Athénée. En 1859, à l’occasion des fêtes du 100e anniversaire de Schiller, il déclame un monologue tiré de Die Jungfrau von Orleans. Par la suite, il publie l’étude d’histoire littéraire Vue d’ensemble sur la vie de Shakespere, d’après ses œuvres dans le programme du lycée d’Emmerich en 1871 et un poème en latin en l’honneur du 50e anniversaire de la Rheinische Ritter-Akademie de Bedburg en 1892.

Cet article est signé Claude D. Conter et Nicole Sahl

Publications

Citation:
Claude D. Conter/Nicole Sahl, « Joseph Auguste Diehl », sous : , mise à jour du 02.11.2020, consulté le .