Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jay Schiltz


Photo :
© Collection CNL

Jay Schiltz

Jean Schiltz
Steinfort

Pseudonymes : Jay

Jay Schiltz est le fils de Roger Schiltz. Après avoir passé son baccalauréat à l'Athénée de Luxembourg en 1978, il fut d'abord employé auprès de la Société nationale des chemins de fer luxembourgeois avant d'intégrer en 1985 l'administration communale de Steinfort. Au début des années 1990, il se lança dans le journalisme et travailla d'abord au sein de la rédaction de RTL Radio Lëtzebuerg, puis, à partir de 1998, à RTL Télé Lëtzebuerg. De 2002 à décembre 2013, Jay Schiltz fut rédacteur en chef de la radio 100,7, poste dont il a démissionné pour éviter les conflits d’intérêts lorsque son épouse Francine Closener entra comme secrétaire d’Etat au gouvernement Bettel-Schneider. Jusqu'en janvier 2018, il s’occupa du journal du matin à la radio 100,7. De janvier 2004 à mai 2014, il présenta le commentaire Chronik des Monats dans Kulturissimo. Une sélection de ses commentaires de la radio parut dans No comment.

Jay Schiltz fait du cabaret et écrit des pièces de théâtre en luxembourgeois ainsi que des récits en allemand. Depuis 2000, il coécrit les textes de la troupe Cabarenert, entre autres avec Roland Gelhausen. Nous leur devons les spectacles Onkraut vergeet net, Endstatioun Genzucht, Fixfeier, Maach d'Kräiz an alles bleift besser et Schwamm driwwer. En 2004, Jay Schiltz se produisit en solo dans le spectacle An Eck-doten sur la scène du café Inouï à Redange/Attert. En 2006, il conçut le spectacle Béierdeckelsgespréicher pour la troupe Kabaret Roude Léiw. Ont suivi dans cette série, en 2010, les programmes Ex Cathédral dans les maisons culturelles à Mersch et à Niederanven ainsi que, après une pause prolongée, No politics (2016). Dans ses textes, Jay Schiltz dénonce le semblant d'harmonie et de dureté, tant émotionnels que physiques qu'il présente comme des concepts bourgeois, tout en critiquant l'Église et le monde politique.

En 1992, Jay Schiltz fit ses débuts comme auteur dramatique à Differdange avec la pièce Game over, datant de l'année précédente. Par la suite, il écrivit Schäinhellegerowend (1992) pour la troupe itinérante Thespis, dont fit partie Raoul Biltgen, Eng Schnéischepp, Chrëschtdag, an eng Rees an Italien (1996), E Wäibierg an Alaska (2005) et la suite Wéi wäit nach bis Alaska? (2014). Dans ses pièces satiriques et caricaturales, Jay Schiltz s'attaque aux classes moyennes luxembourgeoises et à la petite bourgeoisie, dont le mode de vie et les vues sur l'histoire, la politique et la société sont dénoncées comme racistes, hypocrites et utilitaristes. D'autres sujets de prédilection de Jay Schiltz sont les relations tendues entre la jeunesse et la génération de leurs parents, ainsi que les difficultés de communication intergénérationnelle. La comédie tragique De Schaf (2009) est un monologe d'un marginal dans la tradition du théâtre de l'absurde.  Plusieurs pièces furent représentées au Festival de théâtre de Steinfort, dont Wanterdreem (2007), Papa, tu dors? (2008), De Schaf (2009) et Changement de voie (2011).En octobre 2013 suivit Ängri ould birds, mis en scène par la troupe de théâtre DenTheater.lu. Trois pensionnaires mécontents d’une maison de rettraite, ayant gagné le gros lot au loto, critiquent une société matérialiste et révèlent leurs aspirations. À cette pièce suivit E Kapp voller Wolléken (2014).

Dans le récit Aschengänger, Jay Schiltz se base sur des témoignages pour entretenir le souvenir de la Shoah et met en relation les descriptions du quotidien dans les camps de concentration avec le mythe d'Ahasvérus. Il réalisa cet ouvrage à la suite d'un voyage scolaire à Auschwitz, organisé en 1996 dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre le racisme et maintenu depuis par l'association Les Témoins de la deuxième génération. Jay Schiltz a été membre de la LSV jusqu'à la dissolution de celle-ci en 2016.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    ALP. art + littérature + politique
    Noms utilisés
    Jean Schiltz
  • Titre des périodiques
    kulturissimo. mensuel culturel et socio-politique
    Noms utilisés
    Jay Schiltz
  • Titre des périodiques
    Reflets. Blätter für Literatur, Kunst und Politik
    Noms utilisés
    Jean Schiltz

Études critiques

Membre

  • Cabarenert
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
  • Revue (Theater)
  • RTL / Radio Luxemburg
Citation:
Claude D. Conter, « Jay Schiltz », sous : , mise à jour du 06.11.2020, consulté le .