Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Eduard Michelis


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Eduard Michelis

Münster () Luxembourg

Pseudonymes : Odilo ; von einem Priester der Erzdiöcese Cöln

Eduard Michelis est le fils d’un couple mixte catholique-protestant. Après son baccalauréat en 1832, il fait des études de théologie catholique à Münster. Vu son âge, il bénéficie d’une dispense lors de son ordination en 1836 et devient le vicaire personnel et secrétaire particulier de l’archevêque de Cologne, Clemens August von Droste zu Vischering. Lors des conflits politico-religieux opposant ce dernier à l’hermésianisme, Michelis épaule l’archevêque dans sa démarche. Cette attitude leur vaut une condamnation à une peine de quatre ans dans les geôles prussiennes. Après sa libération en 1841, Michelis rentre à Münster, où il se consacre aux études et à l’aumônerie. Il crée le journal Münstersche Sonntagsblatt et fonde la Congrégation des sœurs de la Providence, destinée à l’accueil des orphelins. Au printemps 1844, il soutient sa thèse de doctorat à l’université de Münster. L’année suivante, il répond à l’appel de son ami le vicaire apostolique Johannes Theodor Laurent, qui lui propose une chaire de professeur de dogmatisme au Grand Séminaire de Luxembourg, qui venait de voir le jour. Lorsque l’évêque Laurent est révoqué par le pape à la suite de différends avec le gouvernement en mai 1848, année de la révolution, Michelis devient le premier rédacteur en chef du quotidien catholique Luxemburger Wort, dont il est l’un des fondateurs.

Eduard Michelis a rédigé des écrits religieux et historico-religieux comme Das heilige Messopfer und das Frohnleichnamsfest in ihrer welthistorischen Bedeutung. En outre, il a participé à la rédaction de la Real-Encyklopädie catholique et du Kirchen-Lexikon publié à Fribourg-en-Brisgau. Il a publié ses prises de position contre l’hermésianisme sous les pseudonymes d’Odilo et de « von einem Priester der Erzdiöcese Cöln » (par un prêtre de l’archevêché de Cologne). Son ouvrage consacré aux missions chrétiennes, Die Völker der Südsee und die Geschichte der protestantischen und katholischen Missionen unter denselben, paraît en 1847.

Deux ans après la mort d’Eduard Michelis, son frère Friedrich, lui aussi ecclésiastique, publie à titre posthume le recueil de poésie Lieder aus Westphalen. Dans ces poèmes, l’auteur aborde essentiellement des sujets religieux.

En 1992, à l’occasion du 150e anniversaire de la fondation de l’ordre des sœurs de la Divine Providence à Münster, un musical sur Michelis voit le jour. Les religieuses écrivent, chantent et dansent un portrait de leur fondateur sur base du recueil de poésie de celui-ci, Lieder aus Westphalen.

Cet article est signé Roger Muller

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Eduard Michelis

Études critiques

Citation:
Roger Muller, « Eduard Michelis », sous : , mise à jour du 29.01.2021, consulté le .