Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Mathias Weber


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Mathias Weber

Born (Rosport-Mompach) Esch-sur-Alzette

Mathias Weber fréquenta le Grand Séminaire de Luxembourg et fut ordonné prêtre en 1926. Vicaire à Niederfeulen, puis à la paroisse Saint-Joseph à Esch/Alzette, il fut nommé en 1933 curé à Syren. En 1935, il fut nommé secrétaire général de l'université populaire catholique et de la Fédération des jeunes agriculteurs. Pendant la Seconde Guerre mondiale, il retourna à Esch/Alzette, où il fut doyen de 1951 à 1961. En 1953, il recueillit les sermons qu'il avait prononcés à l'occasion du pèlerinage de l'Octave l'année précédente dans l'ouvrage Le'f Mamm, ech wêss et net ze soen.

Dans Mein Pfarrer bei den Nazis, Mathias Weber raconte des épisodes de l'occupation national-socialiste à Esch/Alzette et évoque entre autres une querelle entre la municipalité et la paroisse sur les réquisitions, ainsi que sur la libération de la ville par les Américains. Le récit de vie se consacre avant tout aux mesures de répression que l'Église et l'auteur lui-même avaient subies.

 

Sous l'initiale de son nom de famille, "W.", Mathias Weber signa en 1927, dans le journal Arbeiter-Zeitung, sa critique sur le recueil de poésie Der Dom de Albert Hoefler

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Participations diverses

Études critiques

Citation:
Claude D. Conter, « Mathias Weber », sous : , mise à jour du 17.07.2017, consulté le .