Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Hugo Arellano


Photo :
© Collection CNL

Hugo Arellano

Hugo Arellano H. ; Héctor Hugo Arellano Herrera
Valparaíso () Limache ()

Pseudonymes : Pancho Lebu

Au Chili, Hugo Arellano a été journaliste radio et journaliste de presse écrite. De 1960 à 1973, il dirige des stations de radio. Après le putsch militaire du 11 septembre 1973, engagé aux côtés des socialistes, il est arrêté et torturé. Son pseudonyme de Pancho Lebu fait référence à une étape de sa détention, le bateau-prison Lebu. En 1974, Arellano choisit l’exil, d’abord en Argentine, avant d’obtenir, avec sa famille, l’asile politique au Luxembourg en 1977. À partir de 1990, il partage sa vie entre le Luxembourg et le Chili.

Au Luxembourg, Hugo Arellano a œuvré comme éditeur et comme auteur d’essais, d’articles, de récits et de poèmes en espagnol. Entre 1977 et 1993, il publie la revue Seleccionas socialistas, rebaptisée Selso. Todo por América latina en 1979. Elle se veut un forum de l’exil chilien et est distribuée à un public international. Hugo Arellano y publie aussi ses propres poèmes, repris en grande partie dans le recueil Versos circunstanciales (1991). Ses essais et ses articles, marqués par des éléments autobiographiques, ont pour thèmes le putsch militaire chilien, la politique américaine à l’égard du Chili, l’exil ainsi que les pratiques de répression de la dictature chilienne, en particulier celles des services secrets de la marine, le Servicio de Inteligencia Naval (SIN). Dans Los cuentos de Pancho Lebu (1983), les poèmes et les récits de Hugo Arellano évoquent l’histoire récente du Chili ainsi que l’expérience de l’emprisonnement. Par ailleurs, ils racontent la situation difficile d’un exilé et parlent de la lointaine patrie. Pour Arellano, la littérature est un instrument de l’engagement politique. C’est dans ce sens qu’il pratique une poésie documentaire et autobiographique. Le texte Nudos de la historia, dans lequel il raconte sa relation avec le Luxembourg, a été publié dans le recueil Lëtzebuerg/Luxembourg/Luxemburg 1989 (1989) avec une traduction allemande de Lex Jacoby.

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Études critiques

Citation:
Pierre Marson, « Hugo Arellano », sous : , mise à jour du 25.09.2020, consulté le .