Edouard Pesch

Jean Edouard Pesch

Diekirch - Paris ()


Édouard Pesch est le fils d'un commis greffier du Tribunal de Diekirch, il y fréquenta le progymnase jusqu'en 1852. Par la suite, il travailla comme correcteur à la maison d'édition Lainé en France ainsi que comme typographe aux imprimeries Meyrueis, Goupy, Plon, Martinet, Wiesener et Lainé. Au début des années 1860, Edouard Pesch fut en relation avec la chorale de Diekirch. Des années 1890 au début du 20e siècle il rédigea des critiques littéraires et dramatiques dans les journaux parisiens  Autorité, Le Temps et Le Gaulois. Le reste de la sa biographie fait défaut.

Edouard Pesch fit ses débuts comme traducteur allemand-français, tout en soulignant que le français est pour lui une langue étrangère. Il traduisit Lied der Glocke de Friedrich Schiller et Lenore d'August Bürger en veillant à respecter les systèmes métriques et rythmiques. Par ailleurs, il traduisit en français D'Lezeburger de Michel Lentz, plus connu en tant que De Feierwon, sous le titre De Feierwon, ou, Les Luxembourgeois.

À partir des années 1870, Edouard Pesch s'inspira du naturalisme français et se consacra aux sujets de société. Il rend un double hommage à Hégésippe Moreau et ce dans le drame social Hégésippe et Louise et dans poème Hégésippe Moreau, le poète-ouvrier dans le volume Les Violettes. Edouard Pesch se sent lié à lui aussi bien par le même engagement sociocritique dans ses poèmes que par certaines similitudes biographiques. En effet, Moreau avait également été correcteur, d'abord chez M. Béthune, puis chez Plon, et était issu d'un milieu modeste, similitudes évoquées aussi dans Le Riche et le Pauvre de Ch. Sitly, un poème dédié à Edouard Pesch Dans le recueil Les Violettes, Edouard Pesch présente le Luxembourg comme un pays amical de la France. Le poème Metz la Pucelle évoque la résistance messine face à l'empereur Charles Quint, sous le commandement militaire du comte François de Guise. Le drame Rédemption, la comédie Le Piège et le poème Les Deux Larmes sont restés inédits. Quelques poèmes d'Edouard Pesch ont été mis en musique par Philippe Decker (Air pour voix de basse, Elégie, Romance)..

Claude D. Conter

Œuvres

Titre Année Langue Genres yearsort
Le Paradis perdu. Poésie
Edouard Pesch [Auteur(e)]
1862
FRE
1862
Metz la Pucelle. Poème
Edouard Pesch [Auteur(e)]
1862
FRE
1862
Les Violettes. Poésies diverses
Edouard Pesch [Auteur(e)]
1863
FRE
1863
Hégésippe et Louise. Poëme social
Edouard Pesch [Auteur(e)]
1870
FRE
1870

Traductions et adaptations par l'auteur

Titre Année Langue Genres yearsort
Le chant de la cloche (Schiller) et Lénore (Bürger) traduits en vers équimétriques et équirythmiques. Préface de M.L. de Fourcaud
Gottfried August Bürger [Auteur(e)]
Friedrich Schiller [Auteur(e)]
Edouard Pesch [Traducteur, -trice]
1891
FRE
1891

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
2019 1862 Édouard Pesch (1838, Diekirch - ?) Metz, havre de paix et de prospérité. In: Metz au miroir des écrivains, p. 289-290

Études critiques sur les œuvres individuelles

Titre Année yearsort
Les Violettes. Poésies diverses 1863 1863
Le chant de la cloche (Schiller) et Lénore (Bürger) traduits en vers équimétriques et équirythmiques. Préface de M.L. de Fourcaud 1891 1891
Dernière mise à jour 06.08.2019