Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Marc Lindner


Photo :
© Collection CNL

Marc Lindner

Luxembourg

Marc Lindner fréquente l’école primaire à Gonderange, puis le Lycée classique d’Echternach. Après son baccalauréat, il entame des études d’ingénierie économique (option génie mécanique) à la Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule (RWTH) à Aix-la-Chapelle. De 2013 à 2018, il travaille en tant qu’ingénieur commercial dans une entreprise de génie civil. Il rejoint ensuite le ministère de l’Économie de 2018 à 2019, puis exerce dans une société de conseil technique de 2019 à 2020. Depuis septembre 2020, il enseigne les mathématiques en tant que chargé de cours au Lycée classique d’Echternach.

Son premier livre, Busfahrt / Zur tanzenden Kegel, est publié en 2010 à compte d’auteur. Dans les deux « nouvelles » regroupées dans ce volume, l’auteur donne libre cours à un sentiment assez général de malaise social. Busfahrt décrit un trajet en bus pendant lequel le protagoniste articule, dans un monologue intérieur fragmentaire et répétitif, sa sensation de froideur et d’isolement. De même, dans Zur tanzenden Kegel, le protagoniste, un banquier d’affaires lecteur de fantasy, retrouve ses anciens camarades de classe et se sent comme un étranger dans le monde qu’il côtoie.

Ce thème de l’aliénation se poursuit dans le roman Flucht aus dem Morgengrauen, paru en 2014, où un jeune homme qui vient de finir ses études entreprend un voyage qu’il définit lui-même comme une fuite devant les attentes sociales du « monde à cravates » des adultes. Son processus de développement d’une propre identité doit traverser plusieurs aventures avant de se résorber dans la promesse d’une relation amoureuse. Une action très similaire sous-tend le roman Kopfsprung ins Leben (2018). Ici aussi, le protagoniste entreprend un voyage qui répond à une quête d’identité. Bien qu’il ne parvienne pas à se défaire de l’attitude prétentieuse qui teinte ses relations avec son entourage et qui traduit son manque de confiance en lui, l’expérience du travail manuel lui permet de mieux comprendre ses responsabilités sociales et relationnelles.

Au-delà de livres qui décrivent l’isolement social de l’individu, Marc Lindner a également écrit un roman fantasy, Die Diener der Krone – Band 1: Im Schatten der Dämmerung (2011), où il raconte l’histoire de la lutte entre le bien et le mal, lutte dans laquelle l’individu, pris entre les attraits du pouvoir ou de la responsabilité, doit opter pour la lumière ou l’obscurité.

Marc Lindner a également fourni des contributions portant sur le développement durable, telle l’étude Nachhaltigkeit, CO2-Neutralität und andere bilanzielle Fehler (2015), le recueil Spiegelbild der Gesellschaft (2017) et l’analyse Das Problem der Armut ist die Armut (2017).

Il publie régulièrement des histoires courtes et des commentaires sociocritiques sur son blog.

Cet article est signé Nathalie Jacoby

Publications

Études critiques

Citation:
Nathalie Jacoby, « Marc Lindner », sous : , mise à jour du 25.05.2021, consulté le .