Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Othon Scholer


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Othon Scholer

Hesperange Ettelbruck

Othon Scholer fréquente l’école primaire de Howald. En 1942, sa famille est déportée à Leubus, en Silésie, et peu après à Tübingen, où le garçon de treize ans fréquente un lycée jusqu’à la fin de la guerre et y fait la découverte de son amour pour la langue latine. Il obtient son baccalauréat à l’Athénée de Luxembourg en 1949, puis étudie la philologie classique et l’allemand aux Cours supérieurs de Luxembourg, à la Sorbonne et à l’université de Tübingen. En 1955, il obtient son diplôme d’enseignant au Luxembourg, avec une thèse sur la philosophie de l’histoire chez Polybe. De 1953 jusqu’à sa retraite en 1990, il enseigne le grec, le latin et l’allemand au Lycée classique de Diekirch. Après une formation complémentaire à l’université de Trèves, il enseigne également l’italien à partir de 1981. De 1982 à 1992, il donne en outre des cours de philologie et de littérature latine au Centre universitaire de Luxembourg.

En plus de ses activités d’enseignement, Othon Scholer s’est consacré au traitement scientifique des questions historiques et culturelles. En 2003, il contribue à l’anthologie 400 Joer Kolléisch avec un article sur l’enseignement de la philosophie au sein de l’ancien collège jésuite, devenu par la suite l’Athénée. Cependant, ses recherches portent principalement sur les persécutions faites aux sorcières au début de la période moderne et sur l’histoire du château de Mansfeld à Clausen. Il a consacré à ces sujets des articles dans des revues culturelles, en particulier Hémecht, mais aussi nos cahiers et Die Warte, ainsi que dans des publications scientifiques (Centre universitaire Luxembourg : Études classiques ; Weimar : Historie und Politik ; Trierer Hexenprozesse). En 2006, il fait paraître avec Jean-Claude Muller et Gilles Dansart une étude sur le château de Mansfeld intitulée Palatium Mansfeldicum, dans la série « Les amis de l’histoire ». Le volume contient l’édition latine originale d’une description du château par le jésuite Johannes Wiltheim, traduite en français par Othon Scholer. L’année suivante est publiée son étude sur les persécutions faites aux sorcières au Luxembourg.

En 2018, l’épouse d’Othon Scholer, l’auteure de livres pour enfants Marie-Paul Scholer-Jost, publie les souvenirs d’enfance de son mari à titre posthume. Dans Wie schön der Klatschmohn blüht ... Heimat, Othon Scholer décrit son enfance à Howald et la déportation de sa famille à Tübingen. L’ouvrage contient des reproductions de documents personnels datant de l’époque de la Seconde Guerre mondiale, et notamment la correspondance de la mère de l’auteur avec des parents au Luxembourg.

Cet article est signé Sandra Schmit

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Hémecht / Ons Hémecht / 'T Hémecht
    Noms utilisés
    Othon Scholer
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Othon Scholer
  • Titre des périodiques
    Ons Stad. éd. par l'administration communale de la Ville de Luxembourg
    Noms utilisés
    Othon Scholer
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Othon Scholer

Études critiques

Citation:
Sandra Schmit, « Othon Scholer », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .