Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Robert Schofield


Photo :
© Collection CNL

Robert Schofield

Southampton ()

Robert Schofield, de nationalité britannique, fréquente les écoles primaire et secondaire à Southampton. Après le baccalauréat et jusqu’en 1986, il étudie les lettres modernes à l’université d’Oxford. Ensuite, il lance sa carrière professionnelle auprès d’un institut financier britannique, pour lequel il travaille en Angleterre, au Zimbabwe et en Côte d’Ivoire. En parallèle à son activité professionnelle, il suit des études pour l’obtention d’un diplôme de MBA auprès du Tudge Institute de l’université de Cambridge. Depuis 2000, il vit au Luxembourg, où il travaille en tant que chef de service au sein de la Banque européenne d’investissement.

Pour le roman historique The Fig Tree and the Mulberry, Robert Schofield reçoit le deuxième prix du Concours littéraire national 2010. Ce texte traite d’Anna Turner, âgée de six ans, qui est évacuée sans ses parents, à l’instar de milliers d’enfants de sa classe d’âge, de l’Angleterre secouée par la Seconde Guerre mondiale vers la Nouvelle-Zélande, où elle vit pendant six ans dans une famille d’accueil. The Fig Tree and the Mulberry est un bilan de l’expérience d’acculturation d’Anna, une expérience qui efface graduellement de sa mémoire sa vie en Angleterre. À côté de la dimension humaine de l’arrachement et de l’intégration soudains de la protagoniste d’un milieu sociogéographique à un autre, le texte traite notamment de la quête identitaire, du processus difficile du passage à l’âge adulte, ainsi que des conséquences directes et indirectes de la guerre sur la population en Europe et outre-mer.

Avec The Hoogen-Stoogen Tulip, Robert Schofield signe le texte anglais d’un livre illustré. La traduction en luxembourgeois a été faite par Valérie Schreiner et les illustrations par Carlo Schmitz. Le livre traite d’un horticulteur pauvre, Jan Hoogen-Stoogen, qui s’applique à cultiver une tulipe très particulière qui changera sa vie, ainsi que de la cupidité des riches marchands de tulipes urbains. Le récit rappelle le roman La Tulipe noire (1850) d’Alexandre Dumas, qui se déroule dans les Pays-Bas du XVIIe siècle, et dans lequel la société d’horticulture de Haarlem offre un prix de 100 000 florins au premier qui réussira à cultiver une tulipe de couleur noire.

En 2018, Robert Schofield publie dans l’anthologie anglophone Fresh from the Fountain la nouvelle To Start With, qui dépeint la relation d’un père divorcé avec son fils. Il reçoit le premier prix du concours 2020 de la Luxembourg European Association of Performing Arts (LEAPA) pour la nouvelle The Culture Correspondent.

Le roman The Treasury of Tales (2020) s’attelle à décrire la vie dans le territoire allemand occupé par Napoléon au début du XIXsiècle, à travers le prisme des expériences des frères Wilhelm et Jacob. Ceux-ci, en tant que juristes, poursuivent une mission de recherche bibliographique au service du roi Jérôme Bonaparte dans la ville frontalière fictive de Rabenheim, au bord la Moselle, ainsi qu’à Kassel. Les noms des protagonistes font référence aux auteurs Jacob et Wilhelm Grimm. Le roman aborde des thèmes tels que l’identité face à l’évolution des frontières étatiques et culturelles, la volatilité sociale dans un territoire occupé par les troupes napoléoniennes, et explore en outre la question de la propriété collective et de la valeur idéale des biens culturels. Ainsi, les livres disparus d’une bibliothèque près de Rabenheim apparaissent comme la mémoire culturelle de la région et comme un trésor que Wilhelm et Jacob se sentent obligés de protéger des troupes françaises.

Cet article est signé Pascal Seil

Publications

Traductions

Études critiques

Distinctions

Citation:
Pascal Seil, « Robert Schofield », sous : , mise à jour du 19.01.2021, consulté le .