Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Adolf Berens


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Adolf Berens

Adolphe Berens ; Dölly Berens ; J.-Adolphe Berens
Grevenmacher Pétange

Pseudonymes : A.B. ; Ale Mann ; Prosper Canzen ; Gillius Döll ; Felix Fondeur ; Justus Frantzen ; Isabgar Franzmann ; Gillius' Döll ; Nouterlan ; Quiddam / Quidam ; vun ém ale Mann

Fils de maçon, Adolf Berens perd très tôt son père et grandit auprès de sa mère et de ses grands-parents. Il fréquente l’école primaire à Grevenmacher et l’École normale d’instituteurs à Luxembourg. Ensuite, il est instituteur dans le quartier de la gare à Luxembourg-ville, à l’École agricole à Ettelbruck, puis à Steinheim près d’Echternach. Entre 1904 et 1914, il enseigne à l’école des garçons de Wecker et dirige la formation des ouvriers de l’usine au service d’André Duchscher. Il témoigne de cette période, qui l’a beaucoup marqué, dans Erënnerungen u meng zwe' Patre'ner. Il continue sa carrière à Lamadelaine, puis à Pétange, où il est instituteur d’école primaire supérieure du début des années 1920 jusqu’à sa retraite anticipée pour cause de maladie en 1936. Adolf Berens a été membre du Nationalinstitut, fondé par Lucien Koenig, ainsi que de la section de linguistique, de folklore et de toponymie de l’Institut grand-ducal. En 1936, il est cofondateur et président de l’association Hémechtssprôch. En 1926, il propose la création d’un prix de littérature dialectale portant le nom de Michel Rodange. Collaborateur du journal Der Morgen, édité par Frantz Clément en 1903 et 1904, Adolf Berens publie des poèmes et des articles de critique littéraire, consacrés entre autres à Peter Rosegger. Entre 1907 et 1913, il écrit les pièces de théâtre en langue allemande Der Trauring, Tisbina et Kriemhild, qui demeurent toutefois indédites. Dans les années 1920 et 1930, il signe des articles sur la culture régionale, l’histoire locale et la littérature dialectale dans des publications comme Obermoselzeitung et Jonghémecht, mais aussi dans Arduenna, un journal d’études régionales et linguistiques, ainsi que dans le calendrier Der Luxemburger Hinkende Bote.

D’Kerfegsblo'm est considéré comme le premier roman en langue luxembourgeoise. Il raconte une histoire qui s’étend sur plusieurs décennies à partir de la fin du XVIIIe siècle, à l’époque des guerres révolutionnaires françaises. En 1928, ce roman vaut à Adolf Berens le Prix de littérature luxembourgeois. Dans la pièce de théâtre populaire Schennesch a Schîwesch, l’auteur met par ailleurs en scène les changements des structures sociales et l’exode rural. Elle a pour cadre le milieu rural de la vallée de la Syr, tout comme la comédie carnavalesque Am Gedei! L’épopée De Gro'sse Käser, parue après la Seconde Guerre mondiale, est consacrée au personnage d’Henri VII et s’inscrit dans la tradition de la mise en scène de sujets historiques du courant poétique nationaliste de Lucien Koenig. Le legs d’Adolf Berens comporte des manuscrits de romans, de pièces de théâtre ainsi que des recueils de poèmes épiques et lyriques.

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Arduenna . revue de linguistique et de folklore = Zeitschrift für Sprach- und Volkskunde
    Noms utilisés
    Adolf Berens
  • Titre des périodiques
    Jonghémecht / Jong-Hémecht. Zeitschrift für heimatliches Theater, Schrift- und Volkstum
    Noms utilisés
    Adolf Berens
  • Titre des périodiques
    Luxemburger hinkende Bote (Der). Volkskalender für das Grossherzogtum Luxemburg
    Noms utilisés
    Adolf Berens
  • Titre des périodiques
    Morgen (Der). Monatsschr. für religiöse, künstler. u. wiss. Kultur
    Noms utilisés
    Adolf Berens
  • Titre des périodiques
    Obermosel-Zeitung / OMZ
    Noms utilisés
    A.B.
    Adolf Berens
  • Titre des périodiques
    Zeitung für kleine Leute
    Noms utilisés
    Adolf Berens

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Institut grand-ducal Section des sciences morales et politiques
  • Luxemburgische Sprachgesellschaft (1924-35)
  • Nationalinstitut Letzeburg (1922-1927)

Archives

Citation:
Pierre Marson, « Adolf Berens », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .