Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Émile Hemmen


Photo :
© CNL

Émile Hemmen

E. Hemmen ; Emil Hemmen
Sandweiler Luxembourg

Pseudonymes : E.H.

Émile Hemmen, mari de Marie-Jeanne Hemmen-Jacoby, fréquente les écoles primaires de Sandweiler et Wecker, puis l’Athénée de Luxembourg et l’École normale d’instituteurs de 1937 à 1940. Il est convoqué par la Wehrmacht, mais refuse le service militaire et se cache dans une ferme à Hellange en 1943. Il rejoint la Lëtzebuerger Patrioteliga, une organisation résistante. Il évoque ces expériences dans le film Heim ins Reich (2004) de Claude Lahr. Il termine ses études après la guerre et travaille comme instituteur à partir de 1945 à Hesperange, à partir de 1948 à Wellenstein puis de 1950 à 1968 à Luxembourg. De 1968 à 1969, il est attaché au ministère de l’Éducation nationale. Après plusieurs stages de formation en éducation, sociologie et pédagogie au Centre national de pédagogie spéciale à Paris (1958-1959 et 1965-1966), il est nommé directeur de l’Institut médico-professionnel puis du Centre de réadaptation professionnelle à Capellen, de 1969 à 1984. Il est membre de plusieurs associations et réseaux européens pour l’intégration sociale des travailleurs handicapés (vice-président de la Fédération internationale des communautés éducatives, membre du Réseau européen des centres de réadaptation, membre fondateur de l’association Coopérations à Wiltz) et a rédigé des textes spécialisés sur ce sujet.

Émile Hemmen a publié un roman, des récits et des poèmes. C’est entre 1943 et 1944 qu’il écrit secrètement ses premiers vers. Après 1945, il publie des poèmes en luxembourgeois et des nouvelles en allemand. Dans les volumes Mei Wé et Lîcht a schied, il met en relation la souffrance en temps de guerre et la peur existentielle avec les valeurs humanistes, le désir de liberté et la langue luxembourgeoise comme caractéristique de l’identité nationale. L’opérette No de Stieren, mise en musique par Pierre Nimax et dont Hemmen a écrit le livret lorsqu’il enseignait à Wellenstein, n’a jamais été représentée.

Son intérêt principal dans les années 1950 se porte sur la description de la misère pendant la guerre. Son seul roman, Die Wahl, relatant les bouleversements sociaux et politiques des années 1930 et 1940, est publié sous forme de roman-feuilleton dans Rappel. Il brosse le portrait historique d’une génération confrontée à des décisions douloureuses. Au cœur du roman, qui se concentre en particulier sur le retournement politique de la classe moyenne aisée, se trouve l’enrôlé de force Nik Brod, issu d’un milieu ouvrier, qui doit choisir entre deux femmes, deux classes sociales et deux systèmes politiques. Le roman se déroule dans la vallée de la Syr, dans un village frontalier et en Pologne ; il décrit l’occupation allemande et les opérations militaires de l’époque. Dans Rappel paraissent aussi, entre 1955 et 1960, neuf courts recueils en prose et des nouvelles. La nouvelle Gérard de Nerval (Bourg-Bourger, 1965), parue indépendamment, n’est pas référencée en bibliothèque.

Suit alors une longue période sans publications. À partir de 1981, Émile Hemmen ne publie plus que des poèmes, d’abord en allemand, puis en français. Il s’empare des thèmes de la mélancolie et du caractère éphémère des choses, ainsi que de la nature et de l’histoire, illustrant le destin de l’être humain et la futilité de son existence. Les pierres, les quatre éléments et les phénomènes naturels apparaissent comme motifs récurrents. Les textes, en vers classiques pour la plupart, sont dominés par des réflexions poétiques et linguistiques, la relation entre mémoire et souvenirs ainsi que la recherche d’une certaine expérience esthétique, mais évoquent aussi la mort, l’érotisme, l’amour, la passion et la tendresse, avec un accent sur la réconciliation des contraires. Pour Hemmen, le langage poétique préserve le pouvoir des mots, construit un refuge pour l’esprit libre, stimule la pensée et constitue une manifestation de la dignité humaine. Dans le même temps, le langage du poète doit jaillir d’une nécessité intérieure et placer l’humanité au premier plan. Hemmen souhaite aussi transmettre au lecteur de nouvelles perspectives historiques et culturelles sur l’existence.

Émile Hemmen s’engage en faveur de la culture et de la littérature françaises au Luxembourg. Il est vice-président de l’association Estuaires ainsi que cofondateur et coéditeur du magazine culturel Estuaires, dont il a également été rédacteur en chef de 1986 à 2002. Avec Nic Klecker, il est l’éditeur des anthologies de poésie Au-delà du désespoir (1983), Dialogues (1984), Partages (1985) et Le Mur (2005). Il a contribué à la rédaction de plusieurs livres d’artiste, comme auteur, coauteur, illustrateur ou co-illustrateur, parfois en collaboration avec Roger Bertemes.

Des poèmes, essais, critiques et textes en prose d’Émile Hemmen ont paru dans les suppléments littéraires du TageblattKulturissimo et Livres-Bücher (2004-2005) –, aux éditions Le Phare (1960-1970), ainsi que dans des revues luxembourgeoises telles qu’Estuaires, Nos cahiers ou Les Cahiers luxembourgeois. Il a également publié dans la presse belge (Pollen d’azur), française (Le Matin déboutonné, L’Arme de l’écriture, Totem, Éléphant Orée, Travers, Forêt des mille poètes), américaine (The Café Review, The Love Book), allemande (Die Brücke, Das Gedicht) et russe (Весь свет [« Le monde entier »], MIR [« Paix »]). Des poèmes de Hemmen ont paru dans des livres d’artistes, dont White Jeans (2003) et Les mots verts et orange (2010). Ses poèmes sont aussi présents dans des anthologies : Almanach culturel (1968), Droits de l’homme (1978), Intercity (1995), Randwort Saarbrücker Literaturtage (1999), Cahiers de poésie (2015) et Graphiti 100 (2016). Une sélection de ses poèmes a été traduite en anglais par Janine Goedert (Repainting Memory 2002), en allemand par Rüdiger Fischer (Jeux de pistes. Fährtenspiele 2006). Il a également été traduit en russe (Весь свет [c.-à-d. Le monde entier], MIR [c.-à-d. Paix] 1985), macédonien (1992) et roumain (2004). En 2016, Jean Halsdorf met en musique le poème Nocturne VI. Émile Hemmen a été membre de LSV jusqu’à sa dissolution en 2016 et a fait partie de la société littéraire Les Compagnons de la Forêt des mille poètes. Il a été récompensé à plusieurs reprises au Concours littéraire national.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Participations diverses

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Bulletin des instituteurs réunis du Grand-Duché de Luxembourg
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Café Review (The). [a quarterly journal of poetry]
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Cahiers de Poésie (Les). Collection dirigée par Joseph Ouaknine et Laurent Fels
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Estuaires. Revue culturelle
    Noms utilisés
    E.H.
  • Titre des périodiques
    Gedicht (Das). Zeitschrift für Lyrik, Essay und Kritik
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Hémecht (d') - La Patrie. Erausgi vun der Unio'n vun de Letzeburger Freihêtsorganisatio'nen
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Horizons nouveaux. Journal des Instituteurs
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
    E.H.
  • Titre des périodiques
    L'Arme de l'écriture
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    La Forêt des mille poètes
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Le Matin déboutonné. revue de poésie interculture
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Orée. Revue régionale européenne de littérature et d’art
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Pollen d'azur. revue des lettres, arts et des idées dans les deux Luxembourg et en Lorraine
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Rappel. Organ vun der L.P.P.D. = organe de la Ligue luxembourgeoise des prisonniers et déportés politiques
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Reflets. Blätter für Literatur, Kunst und Politik
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Revue alsacienne de littérature = Elsässische Literaturzeitschrift (1983- )
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Spered Gouez / L'esprit sauvage. Revue. Revue
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Totem Éléphant
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Travers. Revue
    Noms utilisés
    Émile Hemmen
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Émile Hemmen

Études critiques

Distinctions

Membre

  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Émile Hemmen », sous : , mise à jour du 19.01.2021, consulté le .