Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Yvonne Frisch-Urbany


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Yvonne Frisch-Urbany

Yvonne Marguerite Frisch
Hautbellain Crauthem

Pseudonymes : Yvonne Marguerite ; Yvonne-Marguerite

Yvonne Frisch-Urbany est issue d’une famille engagée sur le plan politique. Son père, Dominique Urbany, est démis de ses fonctions d’instituteur pour avoir affiché ses idées communistes et sa solidarité avec les mineurs de Rumelange. Sa mère, Claire Urbany, représente le parti communiste luxembourgeois au conseil municipal de la Ville de Luxembourg après la Seconde Guerre mondiale. Pendant la guerre, Yvonne Frisch-Urbany est arrêtée et incarcérée à Trèves à cause de ses activités au sein de la Résistance. Bien que pendant quarante-sept ans secrétaire de l’Union des femmes luxembourgeoises, elle est exclue du parti communiste à l’âge de soixante-quatre ans pour des raisons internes. Par ailleurs, Yvonne Frisch-Urbany a été collaboratrice du centre culturel Alexandre Pouchkine et membre fondatrice du Planning familial.

Yvonne Frisch-Urbany débute en 1952 avec le récit de voyage Sommer im Neuen Rumänien, qui est le fruit d’une collaboration avec François Frisch et dans lequel elle considère le modèle sociétal socialiste réalisé en Roumanie comme exemplaire pour le Luxembourg. En 1988, elle publie Armenische Geschichten. Yvonne Frisch-Urbany a privilégié les formes littéraires brèves. Pendant vingt-cinq ans, elle anime la rubrique Liebe Freundin dans le journal Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek. Une sélection de ces feuilletons a été rassemblée dans le recueil Katzbalgerei. En outre, elle a écrit des contes pour les périodiques Les Cahiers luxembourgeois et Jugendalmanach (Berlin-Est) et esquissé des portraits de villes et de villages pour la Revue. Elle a été membre de la LSV et a contribué au journal tchécoslovaque Im Herzen Europas ainsi qu’au journal politico-culturel Horizont de Berlin-Est. Son article Nous ne perdrons pas l’espoir est primé comme meilleure publication de l’année 1987 par le journal Femme soviétique. Les récits, les reportages et les feuilletons d’Yvonne Frisch-Urbany évoquent les faits de la vie quotidienne et se distinguent par leur esprit et leur humour.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Yvonne Frisch-Urbany
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Yvonne Frisch-Urbany
  • Titre des périodiques
    Zeitung vum Lëtzebuerger Vollek / Zeitung vum Letzeburger Vollek / ZLV. Zentralorgan der KPL
    Noms utilisés
    Yvonne Frisch-Urbany

Études critiques

Membre

  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]
Citation:
Germaine Goetzinger, « Yvonne Frisch-Urbany », sous : , mise à jour du 25.11.2021, consulté le .