Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Serge Basso de March


Photo :
© Adrienne Arth

Serge Basso de March

Verdun ()

Pseudonymes : Basso-Lunghi

Fils d’immigrés italiens, Serge Basso de March naît en France, où son père travaillait dans la sidérurgie. En 1986, il termine ses études en sciences sociales et économiques à l’université de Rennes. En 1991, il se spécialise dans la promotion de projets socioculturels. Pendant trois ans, il occupe un poste d’attaché culturel à la municipalité de Longuyon. Après avoir dirigé le service culturel de la Ville de Longwy pendant sept ans, il est nommé directeur artistique du Centre dramatique national de Béthune, où il passe cinq années. Il dirige ensuite la Kulturfabrik d’Esch-sur-Alzette de 2002 à 2020.

Serge Basso de March intervient dans le débat autour de projets culturels alternatifs et de possibilités de promotion culturelle. Il a publié Page blanche et Lettres senties mentales et recommandées. Dans ce dernier ouvrage, il adhère aux pratiques de l’Ouvroir de littérature potentielle (Oulipo) et prend ses distances par rapport aux principes dominants des discours littéraires et artistiques, en utilisant systématiquement des combinaisons linguistiques et des jeux de mots expérimentaux. Quelques poèmes de Serge Basso de March ont été publiés dans le périodique Passerelles à Thionville. Contre-marges, son premier recueil de poèmes, est un plaidoyer en faveur des exclus de la société, à commencer par les poètes et les artistes. Plusieurs poèmes en ont été traduits en roumain. Son second recueil, L’Envers du sable, qui s’attarde sur des souvenirs familiaux, a donné lieu à une pièce de théâtre du même nom.

La série de romans noirs Les Quatre Saisons de l’inspecteur Wagner a été coécrite avec Enrico Lunghi. L’inspecteur Wagner et ses adjoints Verdi et Nunes y enquêtent dans un projet littéraire qui comporte les quatre saisons de l’année. En partant du vol d’un tableau au Musée national d’histoire et d’art, le premier roman Les Dessous de la Vierge à l’Enfant donne lieu à des enquêtes sur le marché de l’art, l’antisémitisme et le néonazisme. L’auteur exploite des procédés intertextuels, notamment en intégrant dans le texte le personnage de l’inspectrice de police licenciée Martine Martin évoqué par Tullio Forgiarini dans ses romans Miss Mona et La Énième Mort d’Ernesto Guevara de la Serna, dit le Che. Y’a des fausses notes dans la cinquième met au jour, à partir d’un meurtre commis pendant un concert à la Philharmonie de Luxembourg, des rivalités et des magouilles dans le milieu des entreprises de construction. Les deux romans se servent de notes explicatives et de nombreux commentaires poétologiques adressés au lecteur. Dans Vrais masques et fausses façades, un meurtre sert de prétexte à une exploration de ce qui se cache derrière la façade de la prospérité luxembourgeoise : il révèle des transactions immobilières insoupçonnées, des aventures amoureuses dissimulées, une vie nocturne débauchée et des millionnaires russes drogués. À l’intrigue, qui se réfère souvent à des personnalités ou à des lieux luxembourgeois, Basso et Lunghi privilégient le procédé d’écriture, avec de nombreuses notes, explications, citations et références intertextuelles. De surcroît, Anita Gretsch (Claire Leydenbach), Nathalie Ronvaux, Jeff Schinker et Tullio Forgiarini interviennent dans l’histoire sur invitation des auteurs, au moyen de contributions personnelles.

Avec Les concombres n’ont jamais lu Nietzsche, l’auteur se tourne vers le genre littéraire de l’aphorisme. Par le biais de jeux de mots et de tournures humoristiques, les sentences de Serge Basso déconstruisent des lieux communs et des significations convenues. Elles constituent autant de traits d’esprit jouant avec les paradoxes et les glissements de sens et recourant à de nombreuses allusions culturelles, littéraires et philosophiques. Le recueil est illustré par le dessinateur français Lefred Thouron, qui collabore entre autres au Canard enchaîné.

Cet article est signé Frank Wilhelm et Pierre Marson

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Passerelles. Revue d'Etudes Interculturelles
    Noms utilisés
    Serge Basso de March
  • Titre des périodiques
    transkrit. Revue littéraire - Zeitschrift für Literatur
    Noms utilisés
    Serge Basso de March
  • Titre des périodiques
    Traversées. Revue littéraire trimestrielle
    Noms utilisés
    Serge Basso de March

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Printemps des Poètes - Luxembourg
Citation:
Frank Wilhelm/Pierre Marson, « Serge Basso de March », sous : , mise à jour du 01.12.2020, consulté le .