Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Leopold van Werveke


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Leopold van Werveke

Diekirch Magdebourg ()

Leopold van Werveke est le fils du sergent-chef Auguste van Werveke. Après la mutation de son père à Luxembourg en 1856, il fréquente l’école primaire et l’Athénée de Luxembourg, qu’il quitte avant les épreuves du baccalauréat pour faire un apprentissage de pharmacien. En 1873 et 1874, il fait des études de pharmacien à l’université de Heidelberg. Après avoir dirigé pendant une année la pharmacie d’Echternach, il entame en 1875 des études de géologie à Strasbourg, alors allemande. Trois ans plus tard, il présente une thèse de doctorat consacrée à l’eau minérale de Mondorf-les-Bains. Pendant ses études, il travaille auprès du Service géologique d’Alsace-Lorraine. Plus tard, il devient assistant au laboratoire de pétrographie de l’université de Strasbourg, puis assistant à l’Institut de géologie. Il a rédigé en tant que naturaliste plus de 300 articles scientifiques, une centaine de rapports et des articles de journaux consacrés à la géologie. Il s’est intéressé principalement aux gisements de potasse alsaciens. En 1887, il opte pour la nationalité allemande pour des raisons professionnelles. En 1914, il est nommé directeur de l’Office régional de géologie d’Alsace-Lorraine et occupe ce poste jusqu’en 1918. Ensuite, il s’installe à Gengenbach en Bade. En 1931, il rejoint sa fille à Magdebourg.

Sous le titre Auf Sumatra und Java im Jahre 1898, Leopold van Werveke a réuni en deux tomes ses récits de voyage, dans lesquels il livre sous forme de journal intime des informations au sujet du climat, de l’économie, de la langue, de la cuisine et de la culture dans les îles du Sud-Est asiatique. Il y raconte les conditions de voyage, mais aussi le quotidien, le travail et les mœurs des habitants. Les lettres de voyage constituent par ailleurs un rapport d’une expédition de prospection dans les Indes néerlandaises avec des informations détaillées sur la nature et les populations locales. Les mémoires manuscrits de Leopold van Werveke se sont égarés.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Études critiques

Citation:
Claude D. Conter, « Leopold van Werveke », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .