Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pol Sax


Photo :
© CNL

Pol Sax

Schifflange

Après l’école primaire à Mondercange, Pol Sax fréquente d’abord l’École professionnelle à Esch-sur-Alzette, puis l’École des arts et métiers et l’Institut supérieur de technologie à Luxembourg et enfin le Lycée de garçons à Esch-sur-Alzette. Il suit des études de lettres allemandes et de philosophie à l’université de Heidelberg et à l’Université libre de Bruxelles. Avant de s’établir comme auteur indépendant en 2001 à Berlin, Pol Sax travaille dans la gastronomie et monte à Heidelberg son restaurant appelé Nudelfabrik (1994-1996).

Depuis 2001, il écrit des critiques littéraires sur la littérature allemande, notamment sur Bernhard Schlink et Sven Regener, pour la radio Saarländischen Rundfunk et pour des sites internet tel fackel.de. En 2008, il fait ses débuts littéraires avec le roman U5, nommé d’après la ligne de métro de Berlin, qui fournit le cadre d’une histoire d’amour entre trois personnages aux marges de la société. La mort et la culpabilité sont les sujets du roman, qui relate le travail de création, la vie en marge de la société bourgeoise et la recherche de l’autre, déchiré entre le désir d’amour, la solitude et les souvenirs de relations intimes. Le roman fait allusion au récit Theater de Guy Helminger. Pol Sax contribue par des récits à des anthologies, comme Saz fir Saz (2010) des Journées du livre à Walferdange.

En 2013, dans le spectacle intitulé Nutten und Koks, des poèmes de Pol Sax sont une première fois présentés au Théâtre des Casemates. Mis à part quelques poèmes de jeunesse, il s’agit majoritairement de textes créés en 2012 et 2013. Dans la tradition de la poésie de l’absurde et humoristique, ils représentent une critique de la poésie concrète et d’un lyrisme expérimental hermétique sur le plan de la langue, en particulier du poète allemand Michael Lentz. Outre des parodies, des pastiches et des poèmes humoristiques et ironiques, Pol Sax écrit également des textes sociocritiques dans lesquels il dénonce la politique et la gentrification à Berlin.

En vue de terminer son roman Pulilux/Der fliegende Robert, récit sur un peintre en bâtiment célibataire et au chômage qui se fait représentant commercial pour les aspirateurs de l’entreprise Vorwerk, Pol Sax reçoit en 2002 une bourse du Förderkreis Deutscher Schriftsteller du Bade-Wurtemberg. En 2009, le prix Servais lui est décerné pour le roman U5.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Pol Sax
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Pol Sax

Études critiques

Distinctions

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Pol Sax », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .