Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Elise Schmit


Photo :
© Philippe Matsas/CNL

Elise Schmit

Elisabeth Schmit [né(e)]
Luxembourg

Elise Schmit fréquente l’école primaire de Munsbach de 1988 à 1994, puis le Lycée de garçons de Luxembourg de 1994 à 2001. Elle intègre ensuite l’Eberhard-Karls-Universität de Tübingen (2001-2007). Elle y accomplit une maîtrise en littérature allemande et philosophie, au cours de laquelle elle s’intéresse en outre à la littérature comparée, à la philologie grecque et à l’histoire de l’art. Durant cette période, elle signe notamment des travaux portant sur la philosophie de Martin Heidegger, tandis qu’elle consacre son travail de maîtrise au traité Über die ästhetische Erziehung des Menschen de Schiller. Après avoir séjourné à Tübingen et à Paris, elle rentre au Luxembourg en 2012 et y enseigne l’allemand au Lycée de garçons ainsi qu’au Lycée technique du Centre à Luxembourg. Depuis 2016, elle coédite, avec Ian De Toffoli et Marc Limpach, la revue culturelle Les Cahiers luxembourgeois.

Elise Schmit est philologue et critique littéraire. À partir de 2006, elle publie de nombreux comptes rendus et études critiques portant sur la littérature luxembourgeoise et la littérature allemande contemporaine, principalement dans le Luxemburger Wort (2006-2012) et d’Lëtzebuerger Land (depuis 2007), tout comme dans le Tageblatt, forum et la revue opus. Parmi les auteurs luxembourgeois, elle s’attache tout particulièrement à l’étude de l’œuvre de Jean-Paul Jacobs. Dans le catalogue d’exposition Korrekturspuren/Traces de correction (2015), elle procède notamment à une analyse génétique de son recueil de poésie in der sänfte des apollofalters ; dans l’anthologie Modernismen in Luxemburg (2019), elle signe une étude du roman policier Die Toten schießen schneller.

Elise Schmit réfléchit sur l’image qu’elle se fait de sa pratique littéraire dans Rede zur Literatur, Schreiben als Machen, und wie. (2020). Elle commence par y évoquer l’artisanat de la production littéraire et les aspects de classement et de disposition du matériau, pour étendre ces réflexions à des interrogations sur le choix dudit matériau, sur la perspective narrative, sur l’éthique ainsi que sur l’intention de l’auteur et sa nécessaire connaissance du monde. En termes de contenu et de forme, la poétique de Schmit repose principalement sur le mythe antique des trois déesses du destin qui tissent le fil de la vie – les Moires (pour les Grecs) et les Parques (pour les Romains) –, dont les attributs respectifs sont alloués aux trois phases de l’écriture : trouver le matériau, développer celui-ci et conclure l’œuvre. Le motif du tissage court comme un fil rouge dans cette étude, liant les différents aspects abordés non seulement littéralement et métaphoriquement, mais aussi de façon sexospécifique, évoquant l’évolution littéraire et historique du rôle des femmes.

L’auteure publie ses premiers textes littéraires dans des périodiques (le Tagesspiegel berlinois et trashpool, une revue littéraire éditée à Tübingen) ainsi que dans des anthologies, telles que Hasta la vista, Johnny ! (Walfer Bicherdeeg, 2011), Fabula rasa (2013), Fragment 3793 (2013), Erënnerungsraim (Walfer Bicherdeeg, 2013), Migrant (2015), un recueil dont le Théâtre des Casemates propose une adaptation scénique en 2015 (Furcht und Wohlstand des Luxemburger Landes), Perdus de vue (2016) ou encore Le Goût du Luxembourg (2018).

Publié en 2018, Stürze aus unterschiedlichen Fallhöhen constitue une version remaniée du recueil de récits pour lequel Elise Schmit obtient le troisième prix du Concours littéraire national en 2017. Incluant par ailleurs une version modifiée du récit Im Zug, qui vaut à l’auteure le premier prix du Concours littéraire national en 2012, ce recueil évoque divers moments de basculement subis par des personnages condamnés à d’éternelles négociations avec eux-mêmes. Qu’il s’agisse d’une veuve vivant seule au bord d’une falaise, d’un porteur de journaux divorcé ou d’une jeune femme échappant brièvement au vase clos d’un tourisme faussement éclairé, ces figures oscillent entre indifférence et perception intense de tous les détails qui constituent leur existence. Noyées dans les souvenirs, déstabilisées par des attirances incongrues, figées dans des appréhensions, elles dissèquent grandes carences et manques mineurs avec une lucidité dont l’ironie amoindrit à peine l’intensité. Souvent déçus par eux-mêmes et la banalité de leur existence, ces personnages peinent à s’apprivoiser, à appréhender autrui ou à surmonter les obstacles plus ou moins importants qui les séparent de toute forme d’accomplissement.

La pièce En Haus wéi en Haus, écrite par Elise Schmit en 2018 pour le collectif d’artistes Maskénada, est jouée en 2018 et 2019 dans différentes maisons vides à Wiltz, Luxembourg et Ettelbruck. Elle se caractérise par l’évocation d’une expérience de soi balisée par l’interaction identitaire entre espace physique et être humain. À travers la confrontation avec un patrimoine matériel se crée un jeu de mémoire subjective et d’attachement émotionnel à une maison, à un chez-soi.

En 2014, une traduction slovène du récit Im Zug paraît dans l’anthologie Hällewull.

Elise Schmit est lauréate de plusieurs prix littéraires. Après avoir décroché un prix spécial dans le cadre du prix Jeune Littérature (ALUC) en 1995, elle se voit attribuer le premier prix (en 2010, pour le roman inédit Brachland, et en 2012), et le troisième prix (2017) du Concours littéraire national. En 2019, elle reçoit le prix Servais pour Stürze aus unterschiedlichen Fallhöhen. Au cours de l’été 2019, elle est en résidence au Literary Colloquium Berlin.

Cet article est signé Nathalie Jacoby

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    Lesezeit - Lectures pour tous. Supplément commun de Luxemburger Wort et d'Voix
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Land (d') / d'Letzeburger Land / LL. unabhängige Wochenschrift für Politik, Wirtschaft und Kultur
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    Livres - Bücher. Un supplément du Tageblatt
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Elisabeth Schmit
  • Titre des périodiques
    Opus. Kulturmagazin
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    Tagesspiegel
    Noms utilisés
    Elise Schmit
  • Titre des périodiques
    trashpool
    Noms utilisés
    Elise Schmit

Études critiques

Distinctions

Membre

  • A:LL Schrëftsteller*innen
Citation:
Nathalie Jacoby, « Elise Schmit », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .