Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Edmond Schmitt


Photo :
© Éditions Saint Paul

Edmond Schmitt

Rumelange

Edmond Schmitt fréquenta l’école primaire de Rumelange et le lycée à Esch-sur-Alzette. Il fut journaliste indépendant. En 1949 il rédige l'hebdomadaire ephémère De Minettsdapp. De 1947 à 1961 il fut rédacteur du journal bihebdomadaire De Lëtzebuerger Sport, de 1949 à 1979 correspondant radiophonique du Saarländischer Rundfunk, et de 1961 à 1967 correspondant et reporter de la chaîne télévisée Saarländisches Fernsehen. En 1953, Edmond Schmitt fonda l’agence publicitaire Schmitt Publicité, qu’il dirigea jusqu’en 1987, l’année de sa retraite. Depuis, Edmond Schmitt fut conseiller communal à Bertrange de 1988 à 1999. De 1999 à 2008, il fut auditeur libre à l’Université de Trèves dans le domaine des lettres allemandes et de 2001 à 2005 dans le domaine du film.

Dans ses romans, Edmond Schmitt combine des éléments du roman d’histoire, de guerre et d’amour. Dans Irrwege des Lebens, un roman qui est situé dans la période de l’après-guerre de la Deuxième Guerre mondiale, Edmond Schmitt décrit les complications qui découlent de l’interdit dit 'de fraternisation', d’une relation amoureuse germano-luxembourgeoise, ceci sur l’arrière-plan des évènements dans les régions dévastées par la guerre autour du Luxembourg, Bitbourg et de la Sarre. Le texte adresse les ressentiments prépondérants pendant l’après-guerre immédiat et négocie des possibilités de réconciliation entre Luxembourgeois et Allemands.

Tal der Tränen est situé dans la période de la Deuxième Guerre mondiale et se déroule dans la région française de la Côte-d’Or ainsi que dans le sud du Luxembourg. Ici, Edmond Schmitt combine des évènements historiques avec les expériences personnelles d’un groupe de réfugiés luxembourgeois autour du protagoniste, le fils d’industriels Robert Molitor, dont le destin le mêle à celui de ses hôtes français.

Die Frau aus dem Flugzeug thématise, à travers le récit de la vie de l’enseignant luxembourgeois retraité Jeannot Flammang et de sa famille, des topos comme la collaboration d’une minorité avec les nazis et les conséquences tragiques qu’engendre la Seconde Guerre mondiale pour beaucoup de Luxembourgeois.

Dans Tor zum Glück, Edmond Schmitt traite de l’histoire de Villeroy & Boch, la fabrique de céramiques implantée au Luxembourg, au tournant du XIXème au XXème siècle et entrecroise celle-ci avec le récit du destin de la fille d’agriculteur de l’Oesling Anna Hofman.

Avec Ein Toter zu wenig, Edmond Schmitt publie son premier roman policier, qui relate l’histoire d’un couple criminel qui perpétue une série de crimes à Luxembourg et dans la région frontalière.

Das Medaillon est un roman qui se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale. Il combine des faits historiques et la biographie du protagoniste Erny Pickard, un enrôlé de force en poste à la frontière germano-polonaise qui, durant un bombardement, sauve la vie d’une femme luxembourgeoise.

Le septième roman Tag der Entscheidung se concentre sur la vie de la narratrice Maisy, une agricultrice luxembourgeoise qui grandit dans le Luxembourg de l’après-guerre et qui est confrontée à une série de revers de fortune. La narration se développe sur fond d’évènements historiques et d’anecdotes personnelles de l’auteur.

Le polar Der Tote in der Staumauer traite de la vie de l'enrôlé de force Emil Perrard qui rentre, après 1945, des camps de prisonniers de guerres et mènera plus tard l’enquète sur le cambriolage d’un fourgon blindé. Le roman contient de nombreux renvois à l’histoire du Luxembourg.

En outre, Edmond Schmitt a écrit des articles dans des journaux luxembourgeois, notamment Käercher Schlassfrënn: Gréiveschlass bald regionales Kulturzentrum? dans Nos cahiers, et rédigé les scénarios de film inédits Irrwege des Lebens (1999), Ein Toter zu Wenig (2000) et Andrea (2003).

Cet article est signé Pascal Seil

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Edmond Schmitt

Études critiques

Archives

Citation:
Pascal Seil, « Edmond Schmitt », sous : , mise à jour du 07.01.2021, consulté le .