Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Jean-Pierre Thillens


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Jean-Pierre Thillens

Jempy Thillens
Wiltz

Ayant suivi sa scolarité à Wiltz de 1930 à 1937, Jean-Pierre Thillens travaille d’abord pendant six mois, en 1940, pour la tannerie Ideal de Wiltz, puis rejoint, pour un peu moins de deux ans, l’équipe du marchand de pommes de terre Hubert Legros à Luxembourg-ville. En février 1943, il est contraint de se soumettre au Reichsarbeitsdienst et part pour le village de Grünwald en Silésie, tandis qu’une partie de sa famille est envoyée à Bad Flinsberg. Il est ensuite enrôlé de force dans la Wehrmacht et rejoint la caserne de Meseritz, puis est rapidement envoyé en Russie, d’abord à Gorodok, puis à Vitebsk. De là, il est appelé au front. Blessé en février 1944, il est transféré à l’hôpital militaire. Après une permission au Luxembourg durant laquelle il renonce à s’évader, malgré les propositions de cachette ou de transfert qui lui sont faites, il retourne sur le front russe. Par la suite, il est contraint de prendre part au défilé des prisonniers de guerre allemands à Moscou en juillet 1944, puis est transféré à Nijni Taguil, en Sibérie, où il est retenu comme prisonnier de guerre et travaille en tant que cuisinier pour le camp. Il est enfin envoyé au camp de Tambov, qu’il quitte en septembre 1945 pour entreprendre un long périple en direction du Grand-Duché. Au sortir de la guerre, il est réengagé à la tannerie Ideal de Wiltz de 1945 à 1958. À partir de 1958, il occupe une fonction d’inspecteur d’assurances chez Winterthur. Engagé au sein du CSV, Jean-Pierre Thillens occupe diverses fonctions au sein du conseil communal de Wiltz à partir de 1970. Il a par ailleurs été président de la DEA (Distribution d’eau des Ardennes) et de l’Amicale des enrôlés de force de Wiltz pendant de longues années.

En 2005 paraît Wooltz – Tambow, récit à la fois personnel et documentaire en langue allemande dans lequel Jean-Pierre Thillens revient, de façon chronologique, sur ses années de guerre.

Cet article est signé Ludivine Jehin

Publications

Études critiques

Citation:
Ludivine Jehin, « Jean-Pierre Thillens », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .