Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Théodore Wies


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Théodore Wies

Blaschette Luxembourg

Théodore Wies a été instituteur et a enseigné de 1905 à 1908 à Drauffelt, de 1908 à 1913 à Boulaide, de 1913 à 1917 à Kayl et jusqu’en 1946 à Luxembourg-Hollerich.

Théodore Wies a entretenu des amitiés avec Chrétien Clement et Lucien Koenig. Dans les années 1920, ce dernier reprend des poèmes patriotiques du recueil Quenkelcher, qui s’est égaré, dans son anthologie An der Wirkstad vun de Jongletzeburger Dichter (1927). Par ailleurs, Wies a publié des poèmes dans D’Natio'n, Ganze Männer. Monatszeitschrift für die Luxemburger marianische Männerkongregationen et Hémechtssprôch, ainsi que des articles dans Luxemburger Schulfreund et Luxemburger Lehrer-Zeitung.

Le poème épique D’Margre'tchen, qui comprend plus d’un millier de vers et une cinquantaine de chansons, a été représenté à l’église de Cessange. Cet ouvrage s’est égaré, tout comme la plupart des pièces de théâtre de Théodore Wies, par exemple Dê gro'ssen Arbechterfrend, D’Ro'seblat ou Dat sche'nst am Liewen. Seule la pièce pour enfants D’Kreschtkendche könt est répertoriée en bibliothèque. Elle met l’accent sur les valeurs de la compassion, de la piété et de la modestie chrétienne. Ces éléments sont aussi au centre d’un grand nombre de prières et des poèmes religieux en luxembourgeois, parus dans le recueil Théod. Wies. L’œuvre de Wies comprend des poèmes dédiés à Notre-Dame, aux saints et aux dignitaires de l’Église ainsi que des réflexions homilétiques. Les sujets récurrents en sont la charité et l’amour du prochain. Wies est l’auteur de la chanson Léiwfrechen vu Kayl. Par ailleurs, il a publié une série de poèmes en français, des méditations à l’attention des paroissiens, dans la rubrique Pensées du dimanche du bulletin de la paroisse de Luxembourg-Belair. Quelques-uns de ses poèmes ont été mis en musique par Victor Goldschmit et Nicolas Espen.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Eis Sprooch). Veräinsblaat fir alles waat lëtzebuurgesch ass
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Ganze Männer. Monatszeitschrift für die Luxemburger marianische Männerkongregationen
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Hémechtssprôch
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Lehrer-Zeitung (Luxemburger Lehrerzeitung). Organ des Luxemburger Lehrerverbandes
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Schulfreund. Organ. des Kath.Lehrer- und Lehrerinnenvereins
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Natio'n (D'). Nationalistesch Revue / Rewü
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Nationalist (De)
    Noms utilisés
    Théodore Wies
  • Titre des périodiques
    Rappel. Organ vun der L.P.P.D. = organe de la Ligue luxembourgeoise des prisonniers et déportés politiques
    Noms utilisés
    Théodore Wies

Études critiques

Membre

  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
Citation:
Claude D. Conter, « Théodore Wies », sous : , mise à jour du 09.04.2021, consulté le .