Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Armand Mergen


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Armand Mergen

A. Mergen ; Toto Mergen
Heffingen Bridel

Pseudonymes : Am. ; Genamer ; T. Genamer ; Toto

Armand Mergen, dit Toto, est le fils d’un ingénieur-chimiste. Après des études de philosophie et de lettres aux Cours supérieurs à Luxembourg, il change de spécialité et se dirige vers des études de médecine et de droit à Bruxelles et à Innsbruck. Il est président des associations estudiantines Clan des jeunes et AGEL/Assoss et s’oppose à la loi dite loi muselière de 1937. Très tôt, il se spécialise en criminologie. En 1941, il travaille comme assistant scientifique à l’Institut für Erb- und Rassenbiologie à Innsbruck, où il présente une thèse de doctorat en droit consacrée à la criminalité des malades mentaux intitulée Kriminalität der Geisteskranken (1942). En collaboration avec Friedrich Stumpfl, il mène des recherches eugéniques sur des Tsiganes. Plus tard, il poursuit ses études criminologiques en France, aux Pays-Bas, en Italie, en Angleterre, en Amérique du Sud, aux États-Unis et en Suède. De 1949 à 1958, il est avocat indépendant au Luxembourg et travaille parallèlement comme expert au tribunal. Par ailleurs, Mergen est directeur de l’Institut de défense sociale de 1950 à 1958. En 1953, il passe son agrégation à Mayence avec la thèse Methodik kriminalbiologischer Untersuchungen. À partir de 1948, il est professeur invité à Mayence, où il est nommé professeur en criminologie et en droit pénal en 1953. Il y enseigne jusqu’à sa retraite en 1984, avec une interruption entre 1979 à 1982, lorsqu’il part enseigner à l’université de Lausanne.

Armand Mergen a participé à la fondation de plusieurs sociétés scientifiques, dont la Deutsche kriminologische Gesellschaft. Expert des comportements violents et criminologue de renom, il a publié une série d’études comme Das kriminologische Gutachten (1959), Die Wissenschaft vom Verbrechen (1961), Sexualforschung (1963), Kriminologie und Strafrecht (1966), Die Kriminologie (1967), Tat und Täter (1971), Verunsicherte Kriminologie (1975) ou encore Das Teufelschromosom (1995). Il a été en outre formateur académique auprès de l’agence fédérale Bundeskriminalamt et a consacré des études aux travaux des services d’investigation nationaux et internationaux, comme dans le cas du décès de l’homme politique Uwe Barschel (Die BKA-Story, 1987). Die blinde Göttin, publié en 1989, constitue une sorte de profession de foi juridico-philosophique.

Armand Mergen a acquis une certaine notoriété au Luxembourg et en Allemagne à la suite d’articles journalistiques. Il fait ses débuts au journal Obermosel-Zeitung, pour lequel il écrit des critiques de pièces de théâtre. Par la suite, il publie dans Les Cahiers luxembourgeois et anime la rubrique Abee jo dans le Lëtzebuerger Journal. Plus tard, il contribue par des articles aux hebdomadaires Quick et Der Spiegel. Mergen a été un grand amateur de littérature et a entretenu de nombreux contacts avec des auteurs de romans policiers étrangers, notamment avec Georges Simenon. Dans le journal satirique de Nicolas Molling, De Mitock, il publie sous le pseudonyme de Toto la chronique Nesthäckchen aus Mitockio (1937) et le roman-feuilleton humoristique et critique König Mack Adam (1938). Il ne se remet à la littérature qu’après avoir pris sa retraite, avec la publication du conte utopique Apalien, dans lequel il imagine une société idéale tout en reprenant des éléments du roman policier. Par ailleurs, il a écrit des préfaces pour les recueils d’affaires criminelles de Romain Durlet. Enfin, il a écrit une série d’articles sur Sherlock Holmes pour le Lëtzebuerger Journal. Mergen a été membre du PEN Zentrum en Allemagne.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Armand Mergen
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Almanach. Red.: Georges Hausemer ; Gestalt.: Heng Ketter
    Noms utilisés
    Armand Mergen
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Armand Mergen
  • Titre des périodiques
    Mitock (De). E Wocheblad fir Jux an Zodi
    Noms utilisés
    Toto
  • Titre des périodiques
    Obermosel-Zeitung / OMZ
    Noms utilisés
    A. Mergen
    Armand Mergen
    Am.
  • Titre des périodiques
    Quick. Illustrierte für Deutschland
    Noms utilisés
    Armand Mergen
  • Titre des périodiques
    Spiegel. das deutsche Nachrichten-Magazin
    Noms utilisés
    Armand Mergen
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    T. Genamer

Études critiques

Membre

  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Clan des jeunes
  • PEN International. Zentrum Deutschland
  • SELF / S.E.L.F. - Société des écrivains luxembourgeois de langue française

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Armand Mergen », sous : , mise à jour du 29.01.2021, consulté le .