Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nicolas Molling


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Nicolas Molling

Kolja Molling ; Nic Molling ; Nikolaus Molling
Weiler-la-Tour Oberwil ()

Pseudonymes : * ; +++ ; K.M. ; Kolja ; N.M.

Nic Molling est fils d’agriculteur. Soutenu financièrement par le curé de son village, il fréquente l’Athénée de Luxembourg de 1915 à 1920. Après avoir refusé de devenir prêtre, il accepte un emploi dans une librairie. En février 1923, il est embauché au quotidien Escher Tageblatt, pour lequel il écrit des reportages et des feuilletons littéraires. Peu de temps après, il devient rédacteur en chef du journal National-Zeitung und Landwirt – Vereinigte Tagespresse des Nordens, au sein duquel il anime la rubrique quotidienne Von Tag zu Tag. Fin 1927, il dirige pendant quelques mois le magazine Le Film luxembourgeois, fondé par Evy Friedrich. Pendant cette période, il participe de façon décisive au projet du premier long métrage luxembourgeois, dont le titre de travail est La Renifle/Kokain. Le rôle principal doit revenir à Pauline Kemp, élue Miss Luxembourg à Paris en 1927. Ce projet ne dépasse toutefois pas le stade de prises de vues d’essai. En collaboration avec Le Film luxembourgeois, Molling organise début 1928 à Luxembourg la première élection de Miss Luxembourg et accompagne par la suite la lauréate au concours de beauté international au Texas. En 1928, il fonde sa propre revue cinématographique, Hollywood, avec Emil Marx comme éditeur, dans laquelle il signe de la version russe de son prénom, Kolja. La revue est rachetée quelques semaines plus tard par Eugen Ewert. Dans les années 1930, Molling s’implique de plus en plus dans le débat politique. À travers des articles dans l’Escher Tageblatt et dans l’hebdomadaire satirique De Mitock, qu’il a fondé en 1937, ainsi que dans le cadre de l’AGEL/Assoss et de la Libre pensée Luxembourg, il s’oppose au national-socialisme et aux tendances autoritaristes dans la politique luxembourgeoise. Molling a également publié des articles dans Les Cahiers luxembourgeois, Die neue Zeit, La Voix des Jeunes, Junge Welt et A-Z. En 1938, il s’installe à Paris. À partir de 1941, il vit dans les Pyrénées, dans des conditions difficiles qu’il relate dans une série de lettres, parues en 1964 à titre posthume dans Les Cahiers luxembourgeois. En avril 1944, il se réfugie en Angleterre, après être passé par l’Espagne. En mars 1945, il quitte Londres pour Paris, où il publie quelques articles dans la presse française et devient correspondant parisien du journal D’Unio'n. Il rentre au Luxembourg en 1945. À partir de 1952, il devient rédacteur au Tageblatt. Il décède dans une clinique en Suisse.

La production littéraire de Nic Molling a connu sa période la plus intense dans les années 1920. Il débute en 1922 avec le recueil de poésie à tendance expressionniste Die flammende Stube. En 1925, il publie un recueil d’esquisses feuilletonesques et de récits brefs. Le reportage Mit sieben Girls nach Galveston, qui paraît initialement sous forme de feuilleton dans Hollywood en 1928 et 1929 et dans lequel Molling raconte son voyage aux États-Unis, illustre un style d’écriture réaliste et sobre, truffé d’américanismes et voué au modernisme. Le récit Fluch der Armut dans le volume Novellen, Satiren und Skizzen est tiré d’un fait divers relaté dans le journal Frankfurter Zeitung. Il s’agit d’une affaire de meurtre, dans laquelle une mère assassine, sans l’avoir reconnu, son propre fils qui vient de rentrer d’Amérique, où il a fait fortune. Ce même fait divers est à l’origine de la pièce Aus Geldgier zum Kandmiérder de Josy Imdahl et du mélodrame Den Amerikaner de Max Goergen.

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    A-Z Luxemburger Illustrierte
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
    N.M.
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    Film luxembourgeois (Le)
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    Hollywood
    Noms utilisés
    Kolja
    K.M.
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    Junge Welt. Literatur-Kunst-Sport-Schönheit
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    Mitock (De). E Wocheblad fir Jux an Zodi
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    National-Zeitung und Landwirt – Vereinigte Tagespresse des Nordens
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    neue Zeit (Die) [1936-1940]. Monatsschrift für Demokratie, Geistesfreiheit und Kultur
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Kolja
    N.M.
    *
  • Titre des périodiques
    Unio'n (D'). Organ vun der "Unio'n" [puis] quotidien de la résistance luxembourgeoise
    Noms utilisés
    Nicolas Molling
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    N.M.
    Nicolas Molling

Études critiques

Membre

  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Freidenkerbund = Libre Pensée luxembourgeoise

Archives

Citation:
Pierre Marson, « Nicolas Molling », sous : , mise à jour du 08.02.2021, consulté le .