Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Félix Molitor


Photo :
© Collection CNL

Félix Molitor

Luxembourg

Pseudonymes : fpmolitor ; MolitoFe

Félix Molitor est fils de bijoutier. Il passe son enfance et son adolescence à Luxembourg-ville. Après son baccalauréat au Lycée Michel Rodange à Luxembourg, il fait des études de lettres françaises à l’université de Strasbourg, sanctionnées par un DEA en 1985. Son mémoire de fin d’études s’intitule Premières approches du rêve dans l’œuvre poétique de Jules Supervielle. À partir de 1986, il est professeur de français dans différents lycées luxembourgeois. De 1997 à 2006, il devient attaché au ministère de la Culture, chargé des domaines de la littérature et du théâtre. De 2006 à 2008, il enseigne au Lycée technique du Centre. Parallèlement, il participe à l’élaboration du dictionnaire luxembourgeois. Depuis 2002, il est membre de l’Institut grand-ducal, section des arts et des lettres. Actuellement, il vit en France.

Félix Molitor écrit principalement de la poésie en français. Depuis 1976, ses poèmes paraissent dans Récré, Galerie, Les Cahiers luxembourgeois, nos cahiers, Arts et Lettres, Warte-Perspectives, Le Phare, Das Gedicht, Le Journal des poètes et dans la revue Estuaires, dont il est membre fondateur et rédacteur. Depuis fin 2012, il publie avec son épouse française Patricia Andrieu, entre autres de 2012 à 2014 la chronique régulière Sub sensum dans Die Warte-Perspectives, signée fpmolitor ou MolitoFe, des poèmes dans Arts et Lettres et Les Cahiers luxembourgeois ainsi que des poèmes et des essays dans Galerie.

L’œuvre poétique de Félix Molitor fait référence à Charles Baudelaire, Jules Supervielle et Gaston Bachelard, mais aussi à Rainer Maria Rilke, Friedrich Hölderlin et Georg Trakl. Au vu de l’histoire du XXe siècle, mais aussi de ses expériences personnelles, Félix Molitor pose la question du sens de la vie et de la vérité absolue qui ne peut être déformée par les mots. Des éléments méditerranéens, le mysticisme et la calligraphie arabes ainsi que des images issues du monde des étoiles ou des pierres servent à évoquer le vide et l’abîme, auxquels se voit confronté l’être humain. L’œuvre de Félix Molitor se caractérise par des relations intertextuelles et une importante collaboration avec des artistes et des musiciens. En 2002, à Beaufort, Ivana Cekovic réalise l’installation sonore et diaporamique L’Œil à l’autre bout d’après certains de ses poèmes. Certains recueils contiennent des photos de Joseph Tomassini, d’autres des illustrations de Roger Bertemes, François Schortgen, Dany Prum et Moritz Ney. On retrouve des poèmes de Félix Molitor à la base de livres d’artistes comme Collages pour une parole-cible (2000) de Jean-Jacques Laigre ou Pourquoi ça sourit quand ça meurt ? (2003) de Jean Delvaux, ainsi que du livre unique Durchquere Du selbst d’Arthur Unger (2001). Luxembourg – confidences d’un rocher, rédigé en luxembourgeois et en français avec des sérigraphies de Moritz Ney, est un hommage à la ville natale de Félix Molitor.

Les poèmes Au pas de la porte (1989) et Arborescence (1996) ont été mis en musique par Camille Kerger. Mémoire de cristal a été traduit en polonais, tandis que d’autres poèmes ont été traduits en macédonien, en hongrois, en allemand, en espagnol et en arabe. Félix Molitor a lui-même traduit des psaumes en luxembourgeois, en collaboration avec Raymond Schaack. En 1998, il se voit décerner le prix Tony-Bourg.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    forum. fir kritesch Informatioun iwer Politik, Kultur a Relioun
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Gedicht (Das). Zeitschrift für Lyrik, Essay und Kritik
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Journal des poètes (Le)
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Lèvres urbaines
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    MolitoFe
    fpmolitor
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Nouvelles Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Phare (Le). Kulturelle Beilage - Point de vue culturel
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Récré / Ré-création / Ausbléck. Magazine culturel de l'APESS
    Noms utilisés
    Félix Molitor
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Félix Molitor

Études critiques

Distinctions

Membre

  • Conseil national du livre (CNLi)
  • Institut grand-ducal Section des arts et des lettres
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]

Archives

Citation:
Nicole Sahl, « Félix Molitor », sous : , mise à jour du 21.01.2022, consulté le .