Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Nelly Lecomte


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Nelly Lecomte

Luxembourg

Après des études secondaires au Lycée Robert Schuman et à l’Athénée de Luxembourg et une formation d’infirmière interrompue à Bruxelles, Nelly Lecomte poursuit des études de lettres modernes à l’université de Strasbourg, où elle soutient sa thèse de doctorat en 1991 sur le roman négro-africain. De 1984 à 1986, elle enseigne le français à l’École normale des filles à Libreville (Gabon). De 1988 à 1991, elle travaille pour le Service des sites et monuments à Luxembourg avant d’enseigner, depuis 1991, le français dans divers lycées. Elle habite actuellement en Belgique.

Nelly Lecomte a publié des essais sur la littérature négro-africaine (En Afrique, le temps se conte, 2017), mais aussi sur des auteurs comme Franz Kafka et Raymond Queneau. À partir de 1986, elle est correspondante de presse pour le Luxemburger Wort. Elle a publié des critiques littéraires et des essais sur les beaux-arts dans des journaux et des revues culturelles et universitaires comme Warte-Perspectives, Dernières Nouvelles d’Alsace, Pollen d’Azur (Virton) et Le Langage et l’Homme (Louvain-la-Neuve).

Dans ses poèmes et récits en prose, Nelly Lecomte évoque la culture et la pensée magique du monde africain tout comme les failles qu’elle perçoit dans la société occidentale. Le thème africain, que l’on trouve déjà chez Suzon Hedo, est le fil rouge de son œuvre. Les premiers poèmes de Nelly Lecomte paraissent dans les années 1980 dans le Luxemburger Wort et dans les Pages de la SELF. Ses récits et nouvelles ont paru dans des revues culturelles comme nos cahiers et dans des anthologies telles Intercity (1995), Nouvelles du large (2009) ou encore Poèmes pour nos lendemains (2012).

Son premier livre, publié en 1986, est un recueil en trois parties intitulé L’Androgyne. Dans l’histoire éponyme, l’auteur peint, en prose poétique, des scènes de la vie des êtres allégoriques Bios, Bia et Androgyne, inspirés de l’univers philosophique de Platon. En images évoquant la culture gréco-romaine, L’Androgyne applique des idées platoniques, tel le mythe de la caverne, à notre monde moderne, ajoutant à la fin un avertissement de memento mori à l’adresse du lecteur. La section de poèmes suivante, intitulée Le jardin des signes, reprend, dans de courtes scènes, les thèmes de la mort inéluctable, mais aussi de l’amour et de la vie embrassée pleinement, et ce par le biais de symboles récurrents comme la mer, le sable ou la nuit. Avec sept courts récits, le recueil aboutit finalement à notre société contemporaine et jette un regard critique sur les rapports entre les hommes, sur la solitude et sur le manque d’empathie.

En 2009 paraît à Nantes Nouvelles du large, une publication à quatre coauteurs qui présente sept de ses contes. En 2013, Nelly Lecomte réunit l’intégralité de ses œuvres dans le recueil de poèmes Le Langage de la terre et le recueil de nouvelles La station s’appelait Terminus. En 2015, une histoire pour enfants racontant la vie du petit renard Ysengrin, ami des poules, est incorporée dans le recueil de contes En mille et un murmures (2015). Ce projet lui donne l’idée d’un recueil de contes d’animaux et d’enfants, qui paraît la même année sous le titre La Griffe de l’ours. L’année suivante, l’auteure propose dans le roman Entre deux le regard sur le monde d’une jeune Française récemment émigrée au Maroc. L’histoire la suit dans ses tentatives de s’adapter à son nouvel environnement.

En 1989, Nelly Lecomte remporte le Prix du mérite littéraire du Club de poésie de Veyrier-du-Lac en Savoie pour son recueil L’Androgyne. Sa nouvelle Une visite est primée en 1992 lors du Concours littéraire national et publiée en 1994 dans nos cahiers. En 1995, elle remporte le troisième prix au Concours littéraire national pour son récit Le Vieux. Elle a été membre de la LSV jusqu’à la dissolution de celle-ci en 2016 et fait partie de l’Association des écrivains belges de langue française.

Cet article est signé Sandra Schmit et Claude Bommertz

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Dernières nouvelles d'Alsace / DNA. Grand quotidien régional d'information
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Galerie. Revue culturelle et pédagogique
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Langage et l'Homme (Le). Recherches pluridisciplinaires sur le langage
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Nouvelles Pages de la SELF (Les)
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Perspektiv. onofhängeg Zeitung fir Politik, Wirtschaft a Kultur
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Pollen d'azur. revue des lettres, arts et des idées dans les deux Luxembourg et en Lorraine
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Research in African Literatures
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte
  • Titre des périodiques
    Warte (Die) = Perspectives. Supplément culturel du Wort
    Noms utilisés
    Nelly Lecomte

Études critiques

Distinctions

Membre

  • A:LL Schrëftsteller*innen
  • LSV - Lëtzebuerger Schrëftstellerverband [1986-2016]

Archives

Citation:
Sandra Schmit/Claude Bommertz, « Nelly Lecomte », sous : , mise à jour du 10.01.2022, consulté le .