Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Albert Bousser


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Albert Bousser

Alzingen Luxembourg

Pseudonymes : A.B. ; Abbes ; Albo ; Sehmann (Der) ; Trebla

La vie et les écrits d’Albert Bousser sont étroitement liés à ses origines : son père était tourneur et syndicaliste chez Paul Wurth et ses parents ont exploité un café avec une scène de théâtre. Après des études à l’École d’artisans de l’État entre 1919 et 1922, Albert Bousser effectue un stage chez Paul Wurth (1922-1923). Ensuite, il s’inscrit aux Cours supérieurs techniques (1923-1925) avant de suivre des études d’ingénieur à Paris (1925-1927). Il opte pour une carrière de technicien à Paris, mais il est expulsé en tant qu’étranger pendant la crise économique de la fin des années 1920. Après un bref passage chez Paul Wurth, il travaille pour les Chemins de fer à partir de 1930. Il s’engage au sein du parti socialiste et entame une carrière politique au niveau communal à Luxembourg et à Hesperange, où il devient bourgmestre en 1964. Au niveau national, il est ministre des Transports, des Travaux publics ainsi que des Postes et Télécommunications de 1964 à 1969. En 1971, il fonde avec Astrid Lulling, Henry Cravatte, Georges Hurt, Antoine Krier et Roger Schleimer le parti social-démocrate (SdP). Par ailleurs, il a été actif au sein du syndicat de cheminots FNCTTFEL, notamment dans le cadre de l’harmonie et de la chorale syndicale FNCTTFEL, appelée aujourd’hui chorale Albert Bousser. Son engament syndical et politique se retrouve dans des articles publiés dans Le Signal, Tageblatt et Les Cahiers luxembourgeois.

L’œuvre littéraire d’Albert Bousser comprend des revues, des pièces de théâtre, des opérettes, des sketches, des chansons et des poèmes de circonstance, dont la plupart ont été portés à la scène, mais sont restés inédits. C’est notamment le cas de l’opérette Am Wiesendall bei de Lannebèm (1936), de la pièce de théâtre populaire Dreî aûs der Legiôn (1939) ainsi que des revues A wat ass [signée Abbes] (1954), Ass dât da neîscht??? (1958), Gêss d’ewech (1959) et Wat sés de? (1960). Josy Schmit a composé la musique accompagnant les pièces de théâtre, alors que Norbert Hoffmann et René Hemmer ont mis en musique quelques poèmes d’Albert Bousser. Dans ses mémoires, Vom Dorfjungen über zwei Weltkriege zum Minister, l’auteur présente une rétrospective de sa vie. Son journal de guerre est resté inédit.

Cet article est signé Nicole Sahl

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Albert Bousser
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Albert Bousser
    Sehmann (Der)
    A.B.

Études critiques

Membre

  • Revue (Theater)

Archives

Citation:
Nicole Sahl, « Albert Bousser », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .