Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : John E. Dolibois


Photo :
© Miami University

John E. Dolibois

John Ernest Dolibois
Bonnevoie (alors commune de Hollerich) Cincinnati, OH ()

John E. Dolibois fréquente l’école primaire à Luxembourg avant d’émigrer avec ses parents à Akron, Ohio (États-Unis) en 1931. Après ses études secondaires à l’Akron North High School, il obtient, en 1942, un diplôme en psychologie à la Miami University à Oxford, Ohio. En 1941, il devient citoyen des États-Unis. Quatre ans plus tard, il retourne au Luxembourg comme membre du service de renseignement de l’armée américaine. À Mondorf, il interroge des prisonniers de guerre de premier rang, comme Hermann Göring, épisode repris dans le film documentaire Ashcan de Willy Perelszteijn (2018), lequel repose sur des entrevues du réalisateur entre autres avec Dolibois, datant de 2010. Six mois plus tard, il fait également fonction d’interprète aux procès de Nuremberg. Après la guerre, il travaille un temps pour l’entreprise Procter & Gamble, avant de retourner à la Miami University, où il travaille pendant 35 ans au sein du service administratif, entre autres comme vice-président aux relations publiques. À partir de 1968, il lance un programme d’échanges universitaires avec le Luxembourg. En 1987, le campus luxembourgeois de la Miami University est baptisé Miami University John E. Dolibois European Center en son honneur. Après sa retraite, il occupe, de 1981 à 1985, le poste d’ambassadeur des États-Unis au Luxembourg. Dolibois devient ainsi le premier ambassadeur américain né en dehors du territoire américain. En 1983, le gouvernement luxembourgeois le nomme citoyen d’honneur. De plus, depuis 2003, la résidence de l’ambassade américaine au Limpertsberg s’appelle officiellement Dolibois House.

En 1989, les mémoires de John E. Dolibois sont publiés sous le titre Pattern of Circles. Il y relate son enfance au Luxembourg, ses expériences dans l’armée américaine à Mondorf, la mise en place du campus luxembourgeois de la Miami University et ses activités en tant qu’ambassadeur des États-Unis.

Des extraits de ses mémoires, concernant notamment son séjour à Mondorf, se trouvent également dans la brochure Hommage à l’Athénée/400 Joer Kolléisch de 2003 ainsi que dans Mondorf, son passé, son présent, son avenir de 1997.

Cet article est signé Sandra Schmit

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    nos cahiers. Lëtzebuerger Zäitschrëft fir Kultur
    Noms utilisés
    John E. Dolibois

Études critiques

Citation:
Sandra Schmit, « John E. Dolibois », sous : , mise à jour du 21.12.2020, consulté le .