Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Anna Speyer


Photo :
© Collection CNL

Anna Speyer

Wiltz Mersch

Pseudonymes : A.S. ; -r

Anna Speyer est la sœur de la germaniste Marie Speyer. Elle passe son enfance à Wiltz et à Luxembourg, où elle fréquente l’école primaire et l’école primaire supérieure. Après une formation à l’École normale d’institutrices, elle enseigne de 1902 à 1906 à Clervaux, puis à Luxembourg-Pfaffenthal. En même temps, elle passe les examens dits de rang, ce qui lui permet d’avoir accès aux études universitaires. En 1911, elle s’inscrit à l’université de Fribourg (CH), où elle étudie les lettres allemandes et la pédagogie. En 1913, elle poursuit ses études à Münster. En 1914, elle doit abandonner ses études à la suite du décès de sa sœur, à qui elle dédie plus tard une étude bio-bibliographique intitulée Marie Speyer. Erinnerungsblätter (1930). De retour au Luxembourg, Anna Speyer réintègre l’enseignement. En 1927, elle prend sa retraite anticipée pour des raisons de santé. Anna Speyer a été membre du comité de l’Union des instituteurs et institutrices catholiques. En outre, elle a fait partie du comité de rédaction du journal Luxemburger Schulfreund. En 1916, elle est membre fondatrice de la Congrégation mariale des institutrices. Dans les années 1930, elle en est la présidente.

Anna Speyer a publié de nombreux essais, traitant principalement de questions de pédagogie, dans les périodiques Luxemburger Schulfreund, Marienbote et Stömmen aus der M.L.K. Par ailleurs, elle a commenté des livres pour enfants et adolescents dans Luxemburger Wort et Luxemburger Schulfreund et animé une rubrique pour enfants dans Heimat und Mission. On lui doit la série de fascicules Bunte Heftchen, qui présentent des textes d’édification chrétienne à l’attention des enfants et des adolescents. Les Bunte Heftchen se comprenaient comme alternative bon marché aux écrits allemands propageant l’idéologie nationale-socialiste. Anna Speyer a fait elle-même paraître des récits prônant la serviabilité et l’amitié dans le cadre de cette série. En 1920, elle se voit décerner le prix Huberty-Garnier pour son étude Die Aufgabe der Schule bei der Neugestaltung der menschlichen Gesellschaft. Celle-ci est publiée en 1920 en sept parties dans le Luxemburger Schulfreund.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Heimat und Mission
    Noms utilisés
    Anna Speyer
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Schulfreund. Organ. des Kath.Lehrer- und Lehrerinnenvereins
    Noms utilisés
    Anna Speyer
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    Anna Speyer
  • Titre des périodiques
    Marienbote. illustrierte Monatsschrift für alle Verehrer Mariens, Marienkinder und Töchter katholischer Familien
    Noms utilisés
    Anna Speyer
  • Titre des périodiques
    Stömmen aus der M.L.K.
    Noms utilisés
    Anna Speyer

Études critiques

Distinctions

Archives

Citation:
Germaine Goetzinger, « Anna Speyer », sous : , mise à jour du 14.05.2021, consulté le .