Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : René Leclère


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

René Leclère

Pétange Luxembourg

Pseudonymes : Lerche (Die)

René Leclère passe son enfance et sa jeunesse à Dudelange, où son père, le beau-frère d’Émile Mayrisch, est médecin d’usine et dirige l’hôpital de la forge. Après avoir passé son baccalauréat, il suit de 1908 à 1913 des études de droit aux universités de Munich, Strasbourg, Grenoble, Bruxelles et Paris. En 1914, il s’établit comme avocat à Luxembourg. Pendant ses études, il est membre fondateur de l’association d’étudiants Dudelangia, de l’AGEL/Assoss et du club de football C. S. Le Stade Dudelange. De 1915 à 1917, il est président de la Fédération des sociétés luxembourgeoises des sports athlétiques et rédacteur en chef du journal Sport. Il se fait remarquer aussi comme orateur auprès de l’Association pour l’éducation populaire et des associations démocratiques. En 1918, il parle au nom de la Fédération nationale des associations démocratiques lors de l’enterrement du mineur et député socialiste Jean Schortgen.

En 1918, René Leclère abandonne la profession d’avocat. Après avoir travaillé pour la firme Comptoir industriel et la société d’export Expromet, il se lance dans la production cinématographique en Belgique. En 1926, il projette de tourner en association avec Félix Ford le film L’Épervier sur la ville, dont il a conçu le scénario et dans lequel aurait dû figurer entre autres la procession dansante d’Echternach. En 1928, il commence une rubrique cinéma dans l’hebdomadaire belge L’Horizon. Il y plaide en faveur d’une coopération entre les nations européennes productrices de films. En 1930, son premier film, Un clown dans la rue, malheureusement perdu aujourd’hui, sort sur les écrans. La même année, il s’installe à Paris, où il travaille entre autres comme attaché de presse pour les sociétés américaines Paramount et United Artists. Le film Il était un petit pays de Leclère est un travail commandité par le gouvernement luxembourgeois à l’occasion de l’Exposition universelle à Paris en 1937. Il est primé par le Comité international pour la diffusion des arts et des lettres par le cinéma (Cidalc). Jusqu’en 1940, Leclère tourne cinq films au Luxembourg, dont un sur les ardoisières de Martelange et un autre, Circulez, destiné à l’éducation au Code de la route. Après la Seconde Guerre mondiale, il travaille comme journaliste et traducteur et, en 1953, entre comme expert linguistique à la Cour de justice de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA) à Luxembourg. La même année, il tourne un documentaire consacré au mariage du Prince Jean et de la Princesse Joséphine Charlotte.

René Leclère réalise la majeure partie de son œuvre littéraire aux alentours de la Première Guerre mondiale. Alors qu’il a à peine dix-huit ans, il écrit le texte d’une cantate festive mise en musique par Alfred Schacht à l’occasion de l’inauguration de la ville de Dudelange. Il est de même l’auteur du chant des supporters Klubblidd vum Stade. En 1911, il publie son premier recueil de poésie, Pierrot. En 1914, la nouvelle Rekord paraît en quatre épisodes dans l’hebdomadaire Neue Zeit. En collaboration avec Poutty Stein, Louis Beicht, Peter Faber, Batty Weber ou encore Auguste Trémont, il fonde la troupe de cabaret La Mansarde, au sein de laquelle il présente ses propres vers sous le pseudonyme de « Die Lerche ». Par ailleurs, Leclère se signale comme auteur des pièces de théâtre John Pickels, une comédie de mariage qui se déroule dans le milieu balnéaire de Mondorf-les-Bains, et Bal Minister, qui met en scène un fonctionnaire aux ambitions politiques démesurées. Par ailleurs, Leclère a été collaborateur des périodiques La Voix des jeunes et Annuaire de l’AGEL. En 1935, il publie un reportage sur le transatlantique Normandie et le tourisme de croisière dans le journal Luxembourg.

Cet article est signé Germaine Goetzinger

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Annuaire de l'Association générale des étudiants luxembourgeois
    Noms utilisés
    René Leclère
  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    René Leclère
  • Titre des périodiques
    Horizon (L')
    Noms utilisés
    René Leclère
  • Titre des périodiques
    Sport
    Noms utilisés
    René Leclère
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    René Leclère

Études critiques

Membre

  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Dudelangia - Düdelinger Studentenvereinigung
  • Mansarde (La) - Kabarett
  • Volksbildungsverein = Allgemeiner Volksbildungsverein für das Großherzogtum Luxemburg = Association d'éducation populaire

Archives

  • BNL Ms 580, 680
Citation:
Germaine Goetzinger, « René Leclère », sous : , mise à jour du 02.03.2021, consulté le .