Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Poutty Stein


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Poutty Stein

Ernest-Pierre Stein
Berg ou Berg-lès-Mersch (aujourd'hui Colmar-Berg) Luxembourg

Pseudonymes : *** ; Peterstein Bäckermeister ; Epstein ; Ernst Peter ; Poutty ; Putty

Après avoir fréquenté l'Athénée de Luxembourg et suivi des études d'économie forestière à Munich, Poutty Stein intégra, en 1912, l'Administration des eaux et forêts. De 1920 à 1955, il fut employé auprès des ARBED, où il finit sa carrière comme attaché à la direction.

Poutty Stein est considéré comme le père de la chanson luxembourgeoise. Ses modèles étaient les cabarets de Montmartre à Paris et l'établissement Überbrettl à Munich. En 1915, il fonda la troupe de théâtre et de cabaret La Mansarde en compagnie d'un groupe d'amis issus de la bourgeoisie libérale. En collaboration avec Peter Faber il organisa des soirées de Cabaret au Casino, ils fondèrent ensemble en 1926 la Kantatenfabrik Faberstein, rebaptisée en 1931 Manufacture Nationale de Cantates, ou MANACA. Dès 1912, Poutty Stein publia des textes comme De Musti, De Canary et D'Kettenhändler & Cie sous forme de tracts, ainsi que dans les journaux Die Neue Zeit, La Voix des Jeunes et Les Cahiers luxembourgeois. En outre, il écrivit les textes des revues Feierstengszalot et Dajé! Dajé! en collaboration avec Eugène Forman.

Poutty Stein est l'auteur de plus de deux cents chansons dont environ la moitié sont conservées et dont les plus connues jusqu'à aujourd'hui sont De schéine Poli, Mäi Frënd de Bumski, Dem Wirsch séng Wueden, Déi Schnëss, D'Lidd vum arme Jang et D'Quiselchen. Pour mettre en musique ses textes, Poutty Stein eut recours parfois à des mélodies connues ou fit appel à des amis musiciens comme Louis Beicht, Peter Faber ou Jean Faber. Guy Schons publia deux CD avec les chansons les plus connues de Poutty Stein.

Dans ses chansons, souvent irrespectueuses, satiriques et anticléricales, Poutty Stein caricature la société petite-bourgeoise du Grand-Duché. Ses textes s'inscrivent dans le contexte politique, socioculturel et social de son époque, marquée par le conflit culturel opposant les réactionnaires cléricaux et nationalistes aux mouvements des jeunes académiciens dans la ville de Luxembourg, ainsi qu'à l'Association pour l'éducation populaire de tendance libérale de gauche. Poutty Stein écrivit également des chansons d'amour et des pièces burlesques qui mettent en scène les grandes et petites faiblesses de caractère. Sa créativité linguistique illustre la joie de vivre d'une génération dont les idées maîtresses furent la liberté, le plaisir et la pensée antiautoritaire. Jusqu'à aujourd'hui, les textes de Poutty Stein, qui se distinguent par un langage réfléchi, rythmique et varié ainsi que par un humour mordant, sont restés d'actualité.

Cet article est signé Gast Mannes

Publications

Participations diverses

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Cahiers luxembourgeois (Les). revue libre des lettres, des sciences et des arts
    Noms utilisés
    Poutty Stein
  • Titre des périodiques
    Eis Sprooch (Actioun Letzebuergesch)
    Noms utilisés
    Poutty Stein
  • Titre des périodiques
    neue Zeit (Die) = Les Temps nouveaux [1911-1914]. Organ für fortschrittliche Politik und Volksbildung
    Noms utilisés
    Poutty Stein
  • Titre des périodiques
    Voix des Jeunes (La) (Voix (La))
    Noms utilisés
    Poutty Stein

Études critiques

Membre

  • ASSOSS/AGEL - Association générale des étudiants luxembourgeois (1912)
  • Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
  • Kantatenfabrik Faberstein
  • Luxemburgische Sprachgesellschaft (1924-35)
  • MANACA - Manufacture Nationale de Cantates oder Kantatenfabrik Faberstein
  • Mansarde (La) - Kabarett
  • Revue (Theater)
  • Schmiereclub

Archives

Citation:
Gast Mannes, « Poutty Stein », sous : , mise à jour du 02.02.2015, consulté le .