Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Marcel Gillander


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Marcel Gillander

Dudelange

Marcel Gillander accomplit une formation commerciale et travaille depuis 1972 dans le secteur bancaire, depuis 1988 au département des titres d’une banque internationale. Il est membre du conseil d’administration du syndicat OGBL. Il a fait de nombreux voyages en Amérique latine, qui ont influencé son évolution littéraire.

La première phase d’activité littéraire de Marcel Gillander se situe entre 1973 et 1978, période pendant laquelle il publie à compte d’auteur ou dans le Lëtzebuerger Journal des poèmes et des textes en prose. Ces écrits, par exemple Unsere Ideologie et Fieberträume, relient engagement politique et quête individuelle de sens et s’inscrivent dans la tendance littéraire de la Neue Subjektivität. Entre 1978 et 1988, Marcel Gillander écrit des reportages pour le quotidien Tageblatt, dans lesquels il analyse les réalités politiques et sociales de l’Amérique latine en se basant sur ses propres expériences au Chili et en Amérique centrale. Par ailleurs, il s’intéresse en tant que journaliste à l’Irlande du Nord et, à partir des années 1990, aux pays du centre et du sud-est de l’Europe. Depuis 1998, Marcel Gillander écrit des romans. Dans Atacama, il raconte une relation amoureuse sous la dictature militaire au Chili, retrouvant ainsi les thèmes de ses premiers écrits. Dans le roman Hanna, un narrateur suit les traces de sa mère, qui avait quitté le Luxembourg pour se réfugier en Prusse orientale à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Ces deux romans ont en commun leur approche rétrospective, l’alternance entre différents niveaux temporels et narratifs ainsi que la prise de conscience de leur propre personnalité par les narrateurs respectifs.

Le roman Die Spassinsel traite de la crise financière de 2008 et de ses conséquences. Il concentre sur le banquier luxembourgeois Bob, qui abandonne son travail en septembre 2008 et s’installe à New York, où il devient sans-abri. Dans ses notes, le protagoniste tente de pointer les raisons de la crise, qui sont à chercher dans l’idéologie et la pratique effrénée du néolibéralisme. La place financière luxembourgeoise en particulier et le Grand-Duché en général ne survivent pas à la crise, qui réveille les esprits nationalistes dans l’Europe entière.

Cet article est signé Pierre Marson

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Journal / Letzeburger Journal / Journal / LJ. Politik, Finanzen a Gesellschaft
    Noms utilisés
    Marcel Gillander
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Marcel Gillander
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Marcel Gillander

Études critiques

Archives

Citation:
Pierre Marson, « Marcel Gillander », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .