Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Pierre Decock


Photo :
© Collection CNL

Pierre Decock

Haine-Saint-Paul ()

Pseudonymes : Krokos

Pierre Decock grandit en Belgique et fréquente à partir de 1970 l’Institut Saint-Stanislas à Bruxelles. Après le baccalauréat en 1977, il étudie l’histoire contemporaine à l’Institut Saint-Louis et à l’Université libre de Bruxelles. L’année suivante, il accomplit des études de technicien supérieur en informatique. De 1984 à 2005, Decock travaille comme informaticien et consultant en informatique, notamment auprès de grandes entreprises luxembourgeoises. Il vit depuis 1985 au Luxembourg et adopte en 2003 la nationalité luxembourgeoise. Depuis 2005, il est contrôleur de gestion auprès de l’Entreprise des postes et télécommunications.

Pierre Decock publie des brèves biographiques, notamment de Gabrielle Petit, dans la Biographie nationale de Belgique, ainsi que d’autres contributions dans les Cahiers de Clio (1984) et la Revue Belge d’Histoire militaire (septembre 1987). Avec La Dame Blanche. Un réseau de renseignements de la Grande Guerre (Bruxelles, 2010), il publie une étude portant sur les activités des services secrets pendant la Première Guerre mondiale. De 1992 à 2001, il est illustrateur au sein du magazine pour enfants Zack des éditions Saint-Paul, pour lequel il crée les personnages de bande dessinée Tun et Frunnes, ainsi que Tom et Tessy. Le texte de la bande dessinée Tun & Frunnes. Alles an der Rei (1996) est écrit par Gast Zangerlé. Avec Tun, Frunnes a Co., Décke Gas! (2015), Decock et Zangerlé présentent une suite de leur première BD. Les illustrations et le scénario sont de Pierre Decock ; le texte luxembourgeois est de Gaston Zangerlé. En outre, Decock produit des dessins pour différentes brochures (entre autres Mam Posti um Tour, 2010). Deux des récits paraissent dans les anthologies des Walfer Bicherdeeg (2009, 2010). En 2017 paraît la bande dessinée De Schlassgeescht vu Befort, qui continue les aventures de Tom et Tessy et pour laquelle Pierre Decock fournit les dessins ainsi que le texte français ; la traduction en langue luxembourgeoise est signée Josiane Heinen. Le livre contient les récits De Schlassgeescht vu Befort et D’Geheimnis vun der Rouder Iernz, publiés une première fois dans Zack.

Pour son premier roman policier, Toccata, Pierre Decock est récompensé en 2008 à Metz par le Prix des lecteurs de la Grande Région. Ce livre, qui se situe en partie au Luxembourg, traite d’une partition inédite de Johann Sebastian Bach, dont l’interprétation nécessite un organiste avec douze doigts. Il combine l’histoire de la musique au genre du polar. De Profundis, un polar aussi situé au Luxembourg, porte sur les investigations du policier luxembourgeois d’origine portugaise Joao Da Costa dans les milieux policier et des affaires luxembourgeois. Les Chroniques de Saharane est un roman historique, situé dans la cité fictive de Saharane, qui tient à la fois du roman d’aventures, d’amour et d’initiation. Ce livre raconte les aventures et l’ascension sociale du protagoniste Amir Souleman dans le contexte de l’invasion d’un pays paisible de l’Asie Mineure par un peuple des steppes hostile. Le bref texte humoristique Les Mésaventures informatiques de Monsieur Bromfiets se rapporte à l’expérience pionnière de Pierre Decock sur le plan de l’installation d’ordinateurs au sein d’une entreprise familiale. Dans In articulo mortis, le troisième polar de Pierre Decock, l’inspecteur Da Costa mène à nouveau l’enquête sur une affaire criminelle située au Luxembourg et qui traite d’incendies volontaires en série et d’une agression contre une vieille femme inconnue. Avec Les Corbeaux de Greenwood, Decock présente un polar pour la jeunesse situé dans la province anglaise des années 1930, dont les personnages excentriques et humoristiques rappellent Miss Marple d’Agatha Christie et les aventures du Club des cinq d’Enid Blyton. Ici, quatre adolescents prennent en main l’élucidation du meurtre perpétré sur l’institutrice Ursula Tinkletongue.

Avec le roman Victor, Decock quitte le format du polar classique. La narration se fait du point de vue de l’enfant Victor, qui se révèle précoce malgré ses sept ans et qui cache ses nombreux talents et activités, notamment son activité boursière et l’étude de plusieurs langues étrangères, au monde extérieur. Pas à pas, il se rend compte qu’il est la réincarnation d’un brillant homme d’affaires victime d’un assassinat perfide.

Le roman Luxembourg. Zone rouge, quant à lui, esquisse le scénario dystopique d’un Grand-Duché dévasté par une catastrophe nucléaire provoquée par la centrale de Cattenom. Suivant le point de vue de Mike, survivant qui a grandi dans les camps d’accueil vétustes installés dans la Marne, le récit retrace le périple entrepris par ce dernier afin de rejoindre le Luxembourg, voyage qu’il effectue à pied et à travers un territoire durablement irradié et dépeuplé.

Cet article est signé Pascal Seil

Publications

Traductions

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Zack
    Noms utilisés
    Pierre Decock

Études critiques

Distinctions

Citation:
Pascal Seil, « Pierre Decock », sous : , mise à jour du 23.10.2020, consulté le .