Josy Imdahl

Pseud.: Schaus

Luxembourg-Grund - Dalheim


Photo: Josy Imdahl
Josy Imdahl
Photo: ©

Josy Imdahl passa son enfance et son adolescence à Luxembourg, où il fréquenta l'École industrielle et commerciale. Après avoir passé son baccalauréat, il entra aux services de l'usine sidérurgique de Hayange (F). Plus tard, il rejoignit l'Office des statistiques à Luxembourg, puis la Société des chemins de fer Prince-Henri.

Depuis son enfance, Josy Imdahl fut attiré par le théâtre. Dès l'âge de sept ans, il se produisit dans la pièce Kirmesgäscht de Dicks. Plus tard, il devint metteur en scène auprès du Cercle amical à Luxembourg-Limpertsberg et commença à écrire ses propres pièces, dont les deux premières furent en vers. Les pièces Arme Leit's Kröschtdâg et D'Wichtelcher vu Beggen sont destinées aux enfants. Les pièces de Josy Imdahl s'inspirent des pièces populaires de Dicks et se distinguent par des chansons intégrées dans le texte et dont certaines furent mises en musique par Louis Beicht. Le succès de l'opérette D'Joffer Marie-Madeleine, qui traite de la domesticité d'une jeune Luxembourgeoise à Paris, perdure jusqu'à nos jours. Avec un élan moralisateur, elle fait l'éloge de l'amour du terroir et de la patrie, présentée comme valeur fondamentale, opposée au culte du modernisme et à la folie de la vie dans les métropoles. En 1939, Josy Imdahl traduisit en luxembourgeois l'opérette Sonili, réalisée à Luxembourg par l'émigrant autrichien Bruno Granichstaedten.Le mélodrame Aus Geldgier zum Kandmiérder est tiré d'un fait divers relaté dans le journal Frankfurter Zeitung. Il s'agit d'une affaire de meurtre, dans laquelle une mère assassine, sans le reconnaître, son propre fils qui vient de rentrer d'Amérique, où il a fait fortune. Ce même fait divers est à l'origine de la pièce Den Amerikaner de Max Goergen et du récit Fluch der Armut dans le volume Novellen, Satiren und Skizzen de Nicolas Molling. Le drame Franz Fabricius (1918) reste inédit, tout comme Den Onbekannten (1920) et Den neie Gott (1928) et le recueil de poésie Gëschter an haut.

En collaboration avec Demy Schlechter, René Hemmer, Joseph Olinger, Octave Crahay et Edmond Hansen, Josy Imdahl fonda en 1922 la Fédération des sociétés dramatiques luxembourgeoises, un organe fédérateur organisé de manière hiérarchique et régionale. Elle initia un mouvement réformateur au sein du monde du théâtre, dont les buts furent la culture et l'amélioration qualitative de la création dramatique, la création d'un théâtre national luxembourgeois, l'organisation d'une troupe d'acteurs professionnelle ainsi que la prise en compte des intérêts artistiques et matériels des associations. C'est à cet effet que le mensuel Ons Bühn. Blieder fir Theater, Musik a Gesank, rédigé par Josy Imdahl et invitant les auteurs à créer des pièces originales, vit le jour.

Germaine Goetzinger

Collaboration à des périodiques

Titre du périodique Noms utilisés
Ons Bühn. Blieder fir Theater, Musik a Gesank
Josy Imdahl

Études critiques (auteur & œuvre)

Auteur Année Info
1928 Josy Imdahl. In: Jonghémecht 2 (1927/28) 4/5, S. 73-79
Léon Blasen
1989 “Klip klap, klip klap geet eng Millen”. Theaterschriftsteller Josy Imdahl wäre am morgigen Sonntag 100 Jahre alt geworden. In: Luxemburger Wort 11.03.1989, S. 4
Henri Wehenkel
2015 Der Kapellmeister. Émile Boeres. Biographies luxembourgeoises (10). In: d'Lëtzebuerger Land 18.12.2015, p. 12-13.
Claude D. Conter
Daniela Lieb
2018 Daten der Luxemburger Literatur. In: Fundstücke = Trouvailles (3) 2016/2017, S. 62 -103.

Membre

Nom
Cercle Amical, Troupe de théâtre Limpertsberg
Fédération des Sociétés Dramatiques
Hémechtssprôch / Heemechtssprooch
Theaterreformbewegung
Dernière mise à jour 12.04.2016