Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Mathias Kass


Photo :
© Collection CNL

Mathias Kass

Medernach Luxembourg

Après avoir passé son baccalauréat à Echternach en 1889, Mathias Kass fait des études de philosophie et de lettres aux Cours supérieurs à Luxembourg et aux universités de Louvain, Fribourg-en-Brisgau (1894-1895) et Paris (1895-1896). Il est ordonné prêtre en 1894 et est vicaire à Remich de 1899 à 1901. En 1896, il occupe pendant cinq mois le poste de recteur au sein d’un monastère à Berlin et enseigne ensuite la philosophie et le latin à l’Athénée de Luxembourg et au Gymnase de Diekirch. Il est enseignant d’instruction religieuse à partir de 1901 à l’École industrielle et commerciale à Esch-sur-Alzette et, à partir de 1906, à Diekirch. Il y dirige en 1918 et 1919 le pensionnat. En 1922, il redevient enseignant d’instruction religieuse à l’Athénée de Luxembourg, où il est également, comme dans les écoles précédentes, aumônier jusqu’en 1936. Il réalise l’étude L’Éducation religieuse et morale dans l’enseignement secondaire (1936), dans laquelle il souligne l’importance de l’instruction religieuse, tant pour favoriser la relève des prêtres que pour assurer la stabilité sociale au Luxembourg. En 1924, Mathias Kass est nommé chanoine honoraire de la cathédrale de Luxembourg et en 1927, chanoine capitulaire. Arrêté par la Gestapo en 1941, il est déporté à Lyon et ne rentre au Luxembourg qu’après la Seconde Guerre mondiale.

Mathias Kass a publié deux recueils de poésie. Réalisé après la Première Guerre mondiale, Goldsternblumen est un recueil de poèmes d’édification et de nature qui, dans la tradition de la physico-théologie, célèbrent la glorification de la Création dans les petits éléments naturels. Les analogies entre la nature et la moralité incitent Mathias Kass à faire l’éloge de la simplicité et de la beauté. Dans des psaumes et des prières, il chante la grandeur et la bonté de Dieu. Goldsternblumen comporte un cycle consacré aux personnalités historiques, dans lequel Mathias Kass met l’accent sur des figures ecclésiastiques, politiques et légendaires depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine. Dans Nach den Gestaden des Südens, il réunit de la poésie religieuse, des impressions en vers d’un voyage en Italie et des poèmes pacifistes des années 1920, dans lesquels il rappelle les souffrances de la guerre. Le poème Ech gréissen Dech a été mis en musique par Theodor Decker.

Membre correspondant de l’Institut grand-ducal, section historique, Mathias Kass retrace l’histoire de l’église paroissiale de Medernach dans Pfarrkirche von Medernach, paru d’abord sous forme d’une série de huit articles dans Ons Hémecht, entre 1933 et 1935, puis en tant que publication complète en 1937. Il a contribué aussi régulièrement à Academia et publié une série d’articles sur la persécution d’ecclésiastiques sous la République française dans Heimat und Mission.

Mathias Kass est par ailleurs l’auteur de deux études scientifiques : l’analyse philosophique Die Tiere sind nicht intelligent (1898) et le mémoire d’admission à l’enseignement Das Orientierungsvermögen der Insekten und Vögel (1892), dans lesquels il cherche à préserver le catholicisme de la théorie darwiniste et de ses critiques à l’égard de la religion. Dans Der Kampf um die Grundlagen der Sittenlehre (1908), il compare différents systèmes moraux, du rationalisme au monisme, et oppose à une conception empirique du monde une construction de morale et de foi sur une base philosophique, destinée à démontrer de façon scientifique les qualités du catholicisme et à repousser les attaques contre la religion des biologistes comme Ernst Haeckel.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Academia. Mitteilungen aus dem Luxemburger Katholischen Akademiker-Verein
    Noms utilisés
    Mathias Kass
  • Titre des périodiques
    Heimat und Mission
    Noms utilisés
    Mathias Kass
  • Titre des périodiques
    Hémecht / Ons Hémecht / 'T Hémecht
    Noms utilisés
    Mathias Kass

Études critiques

Membre

  • Institut grand-ducal Section historique
Citation:
Claude D. Conter, « Mathias Kass », sous : , mise à jour du 10.05.2021, consulté le .