Nous utilisons des cookies essentiels pour vous assurer une meilleure expérience sur notre site web. En savoir plus

Photo : Karin Jahr


Photo :
© Droits réservés/Alle Rechte vorbehalten

Karin Jahr

Breslau (alors D, aujourd'hui Wrocław, PL) ()

Pseudonymes : K.J. ; kj ; K.S.

Karin Jahr est la fille de Grete Jahr, une artiste liée aux expressionnistes allemands, et d’un père écrivain et psychanalyste. Elle est la mère de Rafael Springer. Ayant passé son enfance à Breslau, elle trouve refuge en 1945 à Suhl, une localité située dans le secteur soviétique, qui allait devenir la RDA. Karin Jahr y fréquente l’école primaire et le lycée. En 1954, elle part s’installer à Marbourg. Après avoir accompli ses études secondaires, elle suit des cours de violon au Conservatoire de musique de Francfort-sur-Main. En 1965, elle s’installe à Luxembourg, où elle joue dans plusieurs orchestres de la Grande Région. De 1970 à 1990, elle est technicienne du son à RTL Radio Lëtzebuerg. Parallèlement, elle suit une formation de conseillère conjugale, à l’issue de laquelle elle ouvre son propre cabinet de consultation.

Karin Jahr écrit des poèmes et des réflexions en prose. Ils ont pour sujet les conceptions religieuses de la quête de Dieu, la solidarité chrétienne, le rôle de la femme et les angoisses existentielles. L’auteure affiche une perception critique de la vie d’ici-bas. Dans aufSchrei, la forme et les thèmes de sa poésie changent. La perte de confiance en général, le regret devant l’incapacité de rester en contact avec les gens, le deuil donnant suite à des expériences douloureuses, la solitude, l’impuissance et l’isolement social en sont les thèmes. Le message du « je » poétique est voué à la plainte et à l’élégie. Les poèmes sont construits autour d’un axe de symétrie, de façon à ce que les vers soient placés autour d’une césure médiane.

Au début des années 1970, Karin Jahr écrit des critiques musicales dans le Luxemburger Wort, et plus tard des articles sur la vie culturelle, l’Église et les femmes dans forum, Lëtzeburger Sonndesblad, Revue, Tageblatt et Carrière. En 2016, les poèmes Nicht stehen bleiben, Wenn du der Vater im Himmel bist et Die letzten Jahre sont mis en musique pour piano et violoncelle par Camille Kerger.

Cet article est signé Claude D. Conter

Publications

Collaboration à des périodiques

  • Titre des périodiques
    Carrière. Eischte Lëtzebuerger Fraëmagazin
    Noms utilisés
    Karin Jahr
  • Titre des périodiques
    forum. fir kritesch Informatioun iwer Politik, Kultur a Relioun
    Noms utilisés
    Karin Jahr
  • Titre des périodiques
    Lëtzebuerger Sonndesblad / Luxemburger Sonntagsblatt / Luxemburger Sonntagsblättchen (Luxemburger Sonntags-Blättchen für Stadt und Land)
    Noms utilisés
    Karin Jahr
  • Titre des périodiques
    Luxemburger Wort / d'Wort / LW
    Noms utilisés
    K.S.
    K.J.
    kj
    Karin Jahr
  • Titre des périodiques
    Revue / Lëtzebuerger illustréiert Revue
    Noms utilisés
    Karin Jahr
  • Titre des périodiques
    Tageblatt / Escher Tageblatt = Journal d'Esch. Zeitung fir Lëtzebuerg
    Noms utilisés
    Karin Jahr

Études critiques

Archives

Citation:
Claude D. Conter, « Karin Jahr », sous : , mise à jour du 07.05.2021, consulté le .